Non-lieu pour Neymar et son père dans l'affaire de son transfert au Barca

Non-lieu pour Neymar et son père dans l'affaire de son transfert au Barca

Publié le , modifié le

La justice espagnole a prononcé vendredi un non-lieu en faveur du footballeur brésilien Neymar et de son père, poursuivis pour corruption, soupçonnés d'avoir dissimulé le montant réel du transfert du joueur à Barcelone en 2013.

La justice espagnole a prononcé vendredi un non-lieu en faveur du footballeur brésilien Neymar et de son père, jusque-là poursuivis pour corruption et soupçonnés d'avoir dissimulé le montant réel du transfert du joueur à Barcelone en 2013. Le juge d'instruction saisi de l'affaire conclut que les comportements incriminés "ne peuvent faire l'objet de poursuites pénales", a précisé l'Audience nationale, chargée des affaires complexes, dans un communiqué. Le magistrat se montre cependant sévère, estimant qu'ils pourraient en revanche avoir des "répercussions sportives, éthiques et disciplinaires".

Le juge n'a pas suivi les réquisitions du procureur qui demandait que Neymar et son père, Neymar Da Silva Santos, soient jugés pour corruption, tout comme le FC Barcelone en tant que personne morale et son ex-président, Sandro Rosell. Le parquet estimait que les conditions du transfert du joueur du Brésil vers le FC Barcelone en 2013 étaient frauduleuses et qu'elles avaient altéré "la libre concurrence" sur le marché des transferts. Mais le juge d'instruction a finalement décidé l'abandon des poursuites, en écartant les délits de corruption entre particuliers et d'escroquerie. Il a conclu que le recrutement de Neymar n'avait "pas affecté la libre concurrence" entre clubs.

Le fonds d'investissement brésilien DIS, qui possédait 40% de ses droits sportifs, avait porté plainte en assurant avoir été lésé au moment du transfert par des accords financiers entre Neymar et le club qui lui avaient été occultés. L'affaire, rendue publique en janvier 2014, avait poussé Sandro Rosell à la démission et son ex-bras droit, Josep Maria Bartomeu, lui avait succédé.

AFP