Neymar absent trois à quatre semaines

Neymar absent trois à quatre semaines

Publié le , modifié le

Le Brésilien Neymar, victime d'une entorse d'une cheville jeudi soir, sera absent "trois à quatre semaines", a annoncé vendredi le FC Barcelone, ce qui laisse entrevoir un retour juste à temps pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions mi-février.

"Les examens réalisés ce matin ont confirmé que le joueur souffre d'une entorse aux tendons péroniers de la cheville droite", écrit le Barça dans un communiqué. "Le temps estimé d'absence est de trois à quatre semaines". Pour sa première titularisation de 2014, Neymar s'est blessé tout seul jeudi soir au bout de 23 minutes à Getafe, lors de la victoire en huitième de finale retour de la Coupe du Roi (2-0), synonyme de qualification, alors que le score était de 0-0.

Neymar espéré contre City

Le Brésilien de 21 ans, qui n'avait pas débuté un match avec le Barça depuis la mi-décembre pour diverses raisons (suspension, choix de l'encadrement, gastro-entérite), s'est écroulé en tentant de redresser la course du ballon dans la surface de réparation adverse, son pied droit restant planté dans la pelouse. Grimaçant de douleur, il a été contraint de regagner le banc en boitillant, soutenu par deux membres de l'encadrement du Barça, et de laisser sa place au Chilien Alexis Sanchez. Le camp catalan espère le voir retrouver la compétition avant le choc des huitièmes de finale de la C1 contre Manchester City, dont le match aller est prévu le 18 février en Angleterre.

Cette annonce devrait aussi rassurer les supporteurs de la sélection brésilienne, qui comptent sur lui pour aider le Brésil à briller lors de "son" Mondial à domicile en juin prochain. Jeudi soir, l'entraîneur barcelonais Gerardo Martino s'était déjà montré  serein quant à la portée de la blessure, disant ne pas croire "que ça lui  demande beaucoup de temps". "C'aurait pu être pire. "Ney" est tranquille, son papa vient de passer dans le vestiaire. Les médecins nous ont rassurés", avait dit le technicien juste après la rencontre.

AFP