José Mourinho
José Mourinho, l'entraîneur du Real Madrid | Jorge Guerrero / AFP

Mourinho part sur une dernière pique à la presse espagnole

Publié le , modifié le

L'entraîneur portugais du Real Madrid José Mourinho a lancé dans la nuit de samedi à dimanche une dernière petite pique envers la presse espagnole, estimant que les Unes des quotidiens de samedi, qui le critiquaient pour avoir de nouveau laissé le gardien Iker Casillas sur le banc, étaient "mensongères" et "mal intentionnées".

Avant le dernier match de la saison des Madrilènes samedi contre Osasuna  Pampelune, qui concordait avec le dernier match de "Mou" sur le banc du Real,  les journaux sportifs lui avaient en effet reproché d'avoir laissé Casillas en  dehors du groupe quand Diego Lopez - gardien qui avait la préférence du  Portugais - était forfait. "Mourinho, final embarrassant", avait titré Marca samedi, tandis qu'AS  avait lui choisi un dicton: "Qui sème le vent, récolte la tempête". Samedi dans la nuit, après une dernière victoire (4-2), Mourinho, resté  muet à l'issue de la rencontre et en partance pour Chelsea, a choisi de livrer  un dernier commentaire amer dans l'émission "Punto Pelota" de la chaîne  Intereconomia.

"J'ai pensé que les Unes d'aujourd'hui (samedi) étaient mensongères et  mal-intentionnées. Si j'avais dû démentir tout ce qui s'est dit comme  contre-vérités durant mon séjour ici, je n'aurais fait que ça. Mais là, c'est  la dernière et je veux donc dire que les joueurs qui n'étaient pas convoqués  étaient considérés comme inaptes, soit par l'équipe médicale, soit par  eux-mêmes", a déclaré Mourinho. En dehors de Casillas, le Portugais n'avait en effet pas non plus convoqué  Pepe ni Ronaldo, deux joueurs avec lesquels - comme pour Casillas - Mourinho  avait eu maille à partir durant la saison. "Pepe, Ronaldo et Casillas avaient tous les trois des problèmes de dos",  s'est contenté de justifier "Mou", qui a ajouté à propos de Casillas: "Ceux qui  ont fait ces Unes savent très bien que Casillas ne s'est pas entraîné durant  ces deux dernières semaines. L'intention (de me nuir, nldr) est claire".

Bras de fer

Au passage, Mourinho omettait toutefois de dire que Casillas avait fait son  retour à l'entraînement mercredi dernier, de la même manière qu'il omettait de  replacer les choses dans son contexte: celui d'un bras de fer que le Portugais  aura eu avec "San Iker" durant une bonne partie de la saison. Profitant de la fracture à la main gauche du gardien champion du monde et  double champion d'Europe en janvier dernier, Mourinho avait à partir de là  accordé sa préférence à Diego Lopez, arrivé au mercato d'hiver et dont  l'intérim s'est finalement poursuivi jusqu'à la fin de saison. Si Mourinho avait souhaité justifier ce choix par des raisons "sportives",  une partie de la presse espagnole soupçonnait fortement le Portugais d'avoir  pris cette décision pour un autre motif: la propension du capitaine du Real à  parler à la presse sans le feu vert du Portugais.

AFP