José Mourinho avant le quart de finale de C1 vs Totennham 5/4/2011
José Mourinho, sur le banc du Real Madrid à Bernabeu. | AFP PHOTO/ PIERRE -PHILIPPE MARCOU

Mourinho entretient le doute sur son avenir au Real

Publié le , modifié le

José Mourinho a laissé planer le doute sur son avenir professionnel en déclarant après l'élimination du Real Madrid de la Ligue des champions qu'il ne savait pas s'il entraînerait toujours le club espagnol la saison prochaine. A la chaîne ITV Sport qui lui demandait s'il serait madrilène l'an prochain, le Portugais a répondu: "Peut-être pas. Je ne sais pas mais je veux être là où les gens aiment me voir." Avant de rebondir sur le championnat d'Angleterre.

L'élimination des champions d'Espagne en demi-finale de la Ligue des champions, pour la troisième année consécutive, a soulevé de nouvelles questions sur l'avenir de l'entraîneur des Merengue, qui entretient des relations compliquées avec une partie de son vestiaire et avec les médias espagnols. Malgré un contrat qui le lie au Real jusqu'en 2016, José Mourinho est pressenti en Angleterre et notamment à Chelsea, qu'il a déjà entraîné de 2004 à 2007.

Si Mourinho n'a pas annoncé son départ de Madrid où il vit actuellement sa troisième saison, il n'a pas non plus confirmé qu'il resterait comme il l'avait fait après l'élimination des siens en demi-finale contrel Bayern la saison dernière. "Je veux terminer la saison, je veux penser à la finale de la coupe du Roi que nous avons à jouer, je veux terminer deuxième du championnat. Tout le reste, nous le verrons avec le président Florentino Perez.". Et l'entraîneur du Real de préciser: "j'ai un contrat et on ne rompt un contrat que dans des situations où les gens ne s'entendent plus".

En Angleterre, "on l'aime"

Alors qu'il aurait pu en rester là, répondant aux questions qui lui étaient posées, il a entretenu le doute sur son avenir en ajoutant: "Je sais que je suis aimé en Angleterre, je suis aimé par les supporters et par les médias", a-t-il déclaré en conférence de presse. "Ils me traitent correctement. Il saluent mon travail quand il le faut et ils me critiquent quand je le mérite. Je suis aimé par certains clubs, en particulier par un", a-t-il poursuivi en parlant de Chelsea. "En Espagne, c'est différent, certains me haïssent, dont beaucoup de ceux qui se trouvent dans cette salle." fit-il en s'adressant aux journalistes. Mais il n'en a pas dit plus. "C'est une décision difficile. J'aime le club (le Real), le président, nous avons une bonne équipe. Je dois être honnête et juste. On s'assoira et on discutera à la fin de la saison."

Christian Grégoire