Ronaldo et José Mourinho
Les deux Portugais Cristiano Ronaldo et José Mourinho | AFP - JAVIER SORIANO

Mourinho balance sur Ronaldo

Publié le , modifié le

A peine parti et engagé à Chelsea, José Mourinho est revenu sur son expérience au Real Madrid et notamment sa relation avec la star de l'équipe, son compatriote Cristiano Ronaldo. L'ex-entraîneur a déclaré lors de l'émission de télévision Punto Pelota que son désormais ex-joueur était un "monsieur-je-sais-tout" n'acceptant pas les critiques.

A peine parti et encore des polémiques. Les trois ans passés à Madrid n'ont été de repos pour personne. Ni pour l'institution Real, ni pour le président Pérez, ni pour les supporters, ni pour les joueurs, ni pour lui. Lui, c'est José Mourinho. L'entraîneur portugais a donc quitté le navire merengue en bons termes avec Florentino Pérez, s'est engagé avec Chelsea, mais n'a pas fini de régler ses comptes avec certains de ses anciens joueurs. Après le cas Casillas, mis de côté lors des derniers mois, à qui le "Mou" reprochait de ne pas s'entraîner assez bien, ce dernier est revenu sur le cas Ronaldo dans l'émission de télévision Punto Pelota. L'histoire entre les deux hommes a été tumultueuse durant trois ans. Le joueur avait notamment publiquement reproché la tactique mise en place par son entraîneur lors de la série des Clasicos du printemps 2011. 

Critique

José Mourinho, lui, a pointé du doigt un problème. Un seul : l'acceptation de la critique. "Je n'ai eu qu'un problème avec lui, très simple, très basique, qui survenait lorsqu'un entraîneur critique un joueur du point de vue tactique pour améliorer ce qui à mon avis aurait pu être amélioré", a expliqué Mourinho. "Et alors, il ne le prenait pas très bien, peut-être parce qu'il pense qu'il sait tout et que l'entraîneur ne peut pas l'aider à progresser encore", a-t-il poursuivi. CR7 susceptible? A en croire Mourinho oui. Ce trait de caractère ne l'a pas empêché d'inscrire 201 buts en 199 matches depuis son arrivée au Real et d'affoler ses compteurs personnels.

"Cristiano a passé trois saisons fantastiques avec moi (...) Je pense qu'on a mis en place un dispositif tactique fantastique pour lui, dans lequel il a pu exprimer tout son potentiel et en tirer des records et des buts", a observé Mourinho. Si ses statistiques ont flambé, son palmarès, lui, un peu moins. Cette incapacité à gagner jumelée à la considération qui lui est portée trop peu importante à son goût pourrait pousser Ronaldo a emboiter le pas de son ancien coach. En effet, les bruits d'un départ de CR7 résonnent à Madrid, malgré les paroles de Florentino Pérez qui désire qu'il "prenne sa retraite au Real". Entre l'impasse Ancelotti, la rumeur Zidane, le cas Ronaldo et maintenant les paroles de Mourinho, le début du second mandat de Florentino Pérez n'est pas de tout repos.

Pepe dans les cordes

Si le Ballon d'Or 2008 en a pris pour son grade, son compatriote Pepe a aussi eu droit à son costard. "Un jeunot de 10, 12 ou 13 ans de moins que lui a commencé à jouer, mais ce  jeunot l'a mérité et je pense que lui (Pepe) n'a pas bien assimilé ni accepté cette situation", a expliqué Mourinho en faisant référence à Raphaël Varane qui a, à la régulière, pris la place du Portugais notamment lors des matches qui ont compté en fin de saison. "Mou" a aussi pointé son ingratitude estimant voir sauvée la place du défenseur portugais quand celui-ci  avait "déjà un pied hors de la maison". Pepe a peut-être aussi payé son soutien public à Casillas quand celui-ci était mis sur le banc par Mourinho. Mais malgré tout ça, le Portugais ne regrettait pas son passage dans la capitale espagnole. Au contraire. "Si l'on me demande si je reviendrais au Real en sachant ce qui s'est passé  durant ces trois ans, je réponds que je le ferais. Car sans être venu, je ne  pourrais pas dire que j'ai gagné les trois championnats les plus importants au  monde", a-t-il conclu.

Benoit Jourdain @BenJourd1