Lionel Messi, Barcelone
L'attaquant barcelonais Lionel Messi | QUIQUE GARCIA / AFP

Messi de nouveau dans la tourmente

Publié le , modifié le

La Garde civile espagnole enquête sur les organisateurs colombiens de matchs amicaux de football, auxquels a participé la star argentine du FC Barcelone Lionel Messi, les soupçonnant de blanchir de l'argent tiré du trafic de drogue. "Il n'a pas été démontré que de l'argent avait été blanchi à travers les matchs de charité" auxquels participait Lionel Messi et d'autres stars du ballon rond, a cependant précisé une source policière qui rejette toute implication de ces derniers dans les activités délictueuses présumées de cette entreprise.

Le journal espagnol de centre droit El Mundo publiait lundi un article  affirmant que le père du joueur de 26 ans, Jorge Messi, était "au coeur" d'une  enquête pour blanchiment d'argent tiré du trafic de drogue. L'enquête vise cependant uniquement l'entreprise colombienne qui organisait  des matchs de charité, baptisés "Messi et ses amis", et autres événements,  comme des concerts, selon la même source qui n'a pas précisé le nom de la  société.

Messi pas au courant a priori

"Outre le blanchiment d'argent, (l'entreprise) se chargeait d'organiser des  matchs de charité" pour lesquels "elle avait comme interlocuteur le père de  Messi mais cet homme n'a rien à voir avec l'entreprise", a-t-elle ajouté. Jorge Messi "était le représentant des joueurs et à ce titre il parlait  avec son fils" pour le tenir au courant de l'organisation des matchs et de son  éventuelle participation, mais ce dernier ignorait également tout d'éventuelles  pratiques frauduleuses, a précisé la source policière.

Selon cette même source, plusieurs joueurs du FC Barcelone ont été entendus  par les enquêteurs et ont affirmé qu'ils n'avaient aucun lien avec cette  entreprise et ignoraient tout de ses activités frauduleuses présumées. Selon El  Mundo, il s'agirait de Lionel Messi, Dani Alves, José Manuel Pinto et Javier  Mascherano. L'enquête est menée par le tribunal d'instruction numéro 51 de Madrid,  dirigé par le juge Eduardo Lopez Palop, et placée sous le secret de  l'instruction, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

AFP