Liga : Varane et la défense blanche s'effondrent, soirée cauchemar pour le Real

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Les Madrilènes ont concédé quatre penaltys face à Valence ce dimanche
Les Madrilènes ont concédé quatre penaltys face à Valence ce dimanche | JOSE JORDAN / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La "Maison blanche" s'est écroulée : Raphaël Varane et la défense madrilène ont multiplié les erreurs et ont mené le Real Madrid tout droit vers sa deuxième défaite de la saison en Liga dimanche à Valence (1-4). Après le but initial de Karim Benzema, le rideau madrilène s'est déchiré et a offert quatre penaltys à Valence. Varane, après ses bourdes contre Manchester City et contre le Shakhtar Donetsk, a encore une fois alourdi la facture en marquant un but contre son camp.

Une soirée en enfer pour la défense du Real Madrid et Raphaël Varane. La première a en effet concédé quatre penaltys à Valence ce dimanche soir, en match de clôture de la 9e journée de Liga, assurant une victoire aux blanc et noir (4-1). Le second a inscrit un but contre son camp (43e) mais également permis à Carlos Soler, chargé des penaltys à Valence, de retirer son premier tir au but après être légèrement entré dans la surface de réparation avant le départ de la frappe.

Après deux grosses bourdes qui avaient conduit les siens vers l'élimination en 8e de finale retour de la dernière Ligue des champions sur le terrain de Manchester City début août (1-2, 2-1), après le but contre son camp marqué lors du retour perdant des Merengues en Ligue des champions face au Shakhtar Donetsk le 21 octobre (3-2), Varane est donc à nouveau le coupable idéal. Pourtant, le Real Madrid a mieux débuté la rencontre que Valence, acculé par les champions d'Espagne en titre. Mais les madrilènes ont manqué de réalisme... et Valence, au contraire, a marqué deux fois en n'ayant cadré qu'une seule frappe en première période !

Des penaltys en cascade

Alors que les médias espagnols n'ont de cesse de souligner les "cadeaux" régulièrement offerts par l'arbitrage vidéo aux Merengues, cette fois, c'est bien le VAR qui a enfoncé le Real Madrid. À la 29e, Lucas Vázquez touche du bras un centre de José Gayà dans la surface, le penalty est indiscutable. La tentative de transformation de Carlos Soler est repoussée par Thibaut Courtois, mais l'arbitre Gil Manzano ordonne après visionnage de la vidéo de retirer le penalty, car Yunus Musah côté valencien, et Varane et Vazquez côté madrilène, sont entrés dans la surface de réparation avant le départ de la frappe de Soler.

Soler décide de frapper lui-même cette deuxième chance... et finit par transformer le penalty (35e). Dix minutes plus tard, rebelote : Varane tente de couper un centre de Gaya, mais envoie le ballon dans ses cages. Courtois, à terre, ne peut rien faire. Malgré un cafouillage qui nécessite une vérification vidéo, le but contre son camp de Varane est validé (43e). Dès lors, le cauchemar du Real n'en finit plus : au retour des vestiaires, la défense blanche, complètement à la dérive, se désolidarise encore. En tentant d'empêcher une reprise, Marcelo déclenche un nouveau pénalty. Soler s'élance, et inscrit son doublé (54e).

Benzema est sorti en grimaçant

Et pour couronner le tout, le capitaine Sergio Ramos, quasi-irréprochable depuis le début de saison, a touché un ballon de la main dans sa surface, offrant un quatrième penalty et un triplé à Soler (63e). Privé d'Éder Militão, mais surtout d'Eden Hazard et de Casemiro, tous positifs au nouveau coronavirus cette semaine, Zinédine Zidane avait décidé d'offrir leur chance à Isco et Marcelo dans le onze. Une décision surprenante, et qui n'a pas aidé le Real Madrid à augmenter son contrôle dans l'entrejeu.

Pourtant, le Valence CF était lui aussi diminué, privé de son gardien titulaire Jasper Cillessen et de Mouctar Diakhaby (blessés), et de Geoffrey Kondogbia, transféré dans la semaine à l'Atlético de Madrid. Le bilan de la soirée est terrible pour le Real Madrid : les Merengues ont essuyé leur deuxième défaite de la saison en Liga, ont reculé à la 4e place au classement... et ont peut-être perdu leur avant-centre fétiche Karim Benzema, remplacé par Mariano Díaz à la 75e et sorti en grimaçant et en se tenant l'adducteur gauche.

La réaction de Zinédine Zidane après la rencontre : "Ca a été un match compliqué. On commence bien le match la première demi-heure, mais après l'égalisation, on a flanché et la dynamique a changé. Après, il nous arrive de tout : trois penalties, un but contre notre camp... C'est un peu dur de comprendre notre match aujourd'hui (dimanche). Ca a été un match compliqué. On a bien commencé, mais après l'égalisation, tout a changé. Il n'y a aucune justification, aucune excuse. Tout s'est ligué contre nous. C'est un mauvais match, un mauvais jour. On le sait, il faut être fort en défense. Si on l'est, on a suffisamment de qualités devant pour faire la différence. Le principal responsable, bien sûr, c'est moi. Je dois trouver des solutions à l'intérieur d'un match, et je ne les ai pas trouvées".

AFP