Real Madrid Daniel Ceballos 092107
L'Espagnol Daniel Ceballos (Real Madrid) | AFP - Ander Gillenea

Liga : Toujours sans briller, le Real ramène les 3 points d’Alavés

Publié le , modifié le

Battu dans son antre du Santiago Bernabeu par le Bétis Séville (0-1) mercredi dernier, le Real vit sa plus mauvaise période depuis l’arrivée aux commandes de Zinedine Zidane. Alors, à trois jours de rencontrer le Borussia Dortmund en Ligue des champions, Cristiano Ronaldo et consorts devaient à tout prix remporter leur déplacement chez le modeste Alavés, avant-derniers de Liga. Et encore mieux, avec la manière. Si l’objectif est atteint (2-1), il faudra encore patienter pour retrouver la flamboyance du Real Madrid.

Deux victoires pour deux matches nuls et une défaite. Soit 8 points en 5 journées. Les débuts du Real Madrid en championnat font tâche avec déjà 7 points de retard sur le rival barcelonnais. L’objectif des Merengues est forcément de combler petit à petit l’écart. Quoi de mieux que de rencontrer une équipe n’ayant pas connu la victoire cette saison ?

Un Real toujours poussif en première période

Quand Ceballos ouvrait le score dès la 10e minute de jeu sur une frappe rasante du droit, il était logique de penser à un début de démonstration. D’autant plus que cette réalisation signifiait un nouveau record glané par la formation de la Maison Blanche : marquer au moins un but à l’extérieur depuis 33 déplacements. Confisquant le ballon pendant la demie-heure suivante, ils n’arrivaient pourtant pas à faire le break. Ce n’était pas faute d’essayer : Ramos (22e), Vazquez (27e), Ronaldo (29e), Nacho (30e)… Tous se sont heurtés à un très bon Pacheco ou à leur manque de précision.

C’est alors qu’Alavés trouvait le chemin des filets pour la première fois depuis le début du championnat ! En 50 frappes, aucun filet n’avait tremblé. Sur un centre de Munir, Manu Garcia est venu catapulter le ballon de la tête (40e) dans la cage de Keylor Navas. Égalisation d’Alavés fêtée comme il se doit au sein du stade Mendizorroza. Sauf que cette explosion de joie n’a pas plu à Ceballos qui s’offre un doublé (43e) et remet son Real sur de bons rails avant le retour aux vestiaires.

Ronaldo ne trouve plus le chemin du but

Toujours dominants, les joueurs du Real n’arrivent décidément pas à faire le break malgré leurs 68% de possession et leurs 8 frappes à la mi-temps. Ronaldo (47e, 53e , 64e) commence à s’impatienter de voir ses frappes non cadrées ou repoussées par les montants. Il faut dire qu’avec 16 tirs à son actif il est le joueur qui a le plus frappé au but sans marquer cette saison. Pacheco ne s’est toujours pas déconcentré et permet à son équipe de continuer à croire à l’exploit. En témoigne ce duel brillamment gagné face à Isco (54e). Ce qui a failli se passer à la 70e lorsqu’Alfonso Pedraza frappe sur la transversale de Navas. Ramos aurait pu sanctionner ce manque de réussite dans la foulée s’il avait cadré sa frappe (75e) survenue suite à une boulette du gardien d’Alavés qui relâchait le ballon dans les 5,50 mètres.

Mais le Real semble avoir perdu sa réussite d’antan. Asensio (84e) et Ronaldo (86e) restaient encore muets. Le résultat est quand même acquit et permet au Real de revenir à 4 points du FC Barcelone avant leur rencontre sur la pelouse de Gérone ce samedi soir (20h45). Zidane peut souffler. Même si la journée aurait pu avoir une saveur encore plus particulière si son aîné, Enzo, avait joué contre son équipe. A priori, cette absence pourrait être liée à une clause au sein de l'accord qui lui avait permis partir de Madrid en 2016.

Déclarations : 

Zinédine Zidane (entraîneur du Real Madrid) : "Je suis heureux pour Dani (Ceballos). Il a eu sa chance aujourd'hui, il a bien joué et en plus des deux buts inscrits, il a fait un grand match. Il a montré qu'il avait sa place ici, tranquillement. (...) Quand on regarde ce match, le nombre d'occasions que nous avons eues, et qu'on repart avec seulement deux buts inscrits, c'est peu. Mais l'important pour nous était de prendre des points. Nous affrontions une équipe qui est tout en bas du classement mais sur leur terrain, ils jouent bien. Ils ont eu leurs occasions, mais moins que nous, et notre victoire est méritée. Il faut rester patients. Nous ne sommes pas dans une période très brillante, mais nous jouerons mieux un autre jour, c'est certain. (Sur les ratés de Cristiano Ronaldo) C'est toujours la même chose avec vous (les journalistes), quand il ne marque pas, vous posez la question. Il voulait marquer, il a eu des occasions de le faire, mais il faut rester tranquilles. Lui est tranquille. La saison est longue et il fera la différence, comme toujours."

Leo Anselmetti @LeoAnselmetti