Liga : Porté par ses cadres, le Real Madrid convaincant pour son retour

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Hazard Ramos

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Facile vainqueur d'Eibar (3-1), le Real Madrid suit le rythme imposé par le Barça, leader avec deux points d'avance. Au-delà des trois points de la victoire, les Madrilènes ont surtout montré un visage convaincant pour leur retour. Sans être incroyables, les joueurs de Zinedine Zidane ont réalisé une première période pleine, notamment sous l'impulsion des cadres de l'effectif, avant de baisser le rythme en seconde période.

On avait quitté le Real Madrid début mars sur une défaite à Séville, sur la pelouse du Betis (2-1), quelques jours après une défaite à domicile en huitièmes de finale aller de Ligue des champions contre Manchester City (1-2). Entre temps, les hommes de Zinedine Zidane avaient toutefois dominé le Barça lors du Clasico. Quel visage allait être celui du Real Madrid après trois mois de coupure ? Pour leur retour face à Eibar, les Merengues ont mis les points sur les "i" : ils sont prêts. Et notamment les cadres de l'équipe.

Modric et Kroos, les métronomes

Délocalisé dans son stade d'entraînement Alfredo Di Stefano pour cause de travaux dans l'habituel Santiago Bernabeu, le Real Madrid a vite retrouvé ses habitudes. Comme le Barça samedi soir, les Madrilènes ont eu la bonne idée de se simplifier la vie en ouvrant le score dès la troisième minute. Comment ? Sur un bijou de lob plat du pied de Toni Kroos, servi par Karim Benzema. Plus qu'un golazo tout en technique, ce petit chef d'œuvre annonçait la suite : un match maîtrisé par des leaders retrouvés.

Après son ouverture du score, Toni Kroos a ainsi semblé bien plus en jambes qu'avant la coupure forcée. Le champion du monde 2014 a notamment régalé par ses renversements de jeu ultra précis, bien aidé par Luka Modric. Le Ballon d'or 2018 a lui aussi paru en forme : vif, technique et inspiré, il a rythmé la première période par sa vista. Dans le sillage de leur paire de milieux, les Madrilènes ont ainsi délivré 45 premières minutes convaincantes avant de baisser en régime en seconde période, sous l'impulsion là aussi de Kroos et Modric, un peu plus discrets.

à voir aussi Liga, 28e journée : Le Real Madrid reprend par une victoire tranquille face à Eibar (3-1) Liga, 28e journée : Le Real Madrid reprend par une victoire tranquille face à Eibar (3-1)

Les nombreux changements effectués par Zinedine Zidane ainsi que la confortable avance acquise à la pause (3-0) expliquent aussi la différence de qualité entre les deux actes, tout comme la chaleur qui s'abattait sur Madrid. De fait, c'est bien Eibar qui a dominé la seconde période, se donnant même le droit de rêver en revenant à 3 à 1 à la 59e minute sur un but peu académique, du dos de Bigas.

Benzema et Hazard muets mais décisifs

Si le Real a levé le pied en seconde période, c'est bien lors du premier acte que les joueurs de Zidane ont convaincu. Outre la paire Modric - Kroos, le duo Benzema - Hazard s'est mis en valeur. Certes, aucun des deux hommes n'a marqué, mais ils ont chacun été à l'origine des trois buts. Le Français a d'abord décalé Toni Kroos sur l'ouverture du score, avant de fixer à lui seul la défense d'Eibar sur le second. De quoi libérer Hazard, servi par une superbe passe laser de Benzema. Seul face au but, le Belge a alors offert le ballon à Sergio Ramos. Enfin, c'est un une-deux tranchant entre Benzema et Hazard qui a débouché sur le troisième but signé Marcelo. Seul bémol à cette soirée presque idéale, la sortie par précaution de l'attaquant belge, visiblement touché à la cheville, encore une fois.

Buteurs, les défenseurs Ramos et Marcelo ont aussi été solides dans leurs rôles respectifs. L'assise défensive du Real a été un peu plus malmenée en seconde période, mais Thibaut Courtois a répondu présent sur sa ligne. Au lendemain de la reprise peu inspirante du Barça, quelques jours après la rentrée insipide de la Juventus, le Real Madrid et ses cadres envoient ainsi un message à l'Espagne et l'Europe : il faudra compter sur eux. Zinedine Zidane l'avait annoncé en conférence de presse avant le match, ses joueurs lui ont donné raison sur le terrain.

Deuxième à deux points de Barcelone à dix journées du terme de la Liga, l'entraîneur français peut encore espérer finir champion pour la deuxième fois avec le Real. Un cadeau qui lui suffit amplement, pour fêter son deux-centième match sur le banc madrilène. D'ailleurs, Zidane avait rappelé avant le match : "Si tu es bien en Liga, tu es bien en Ligue des champions". Manchester City est prévenu.