Les joueurs du Real et de l'Atletico
Les joueurs du Real et de l'Atletico | AFP

Liga : le Real et l'Atletico se neutralisent dans un derby sans saveur

Publié le , modifié le

Un derby sans saveur. Alors que les deux voisins visaient la première place de la Liga, l’Atletico de Madrid et le Real Madrid se sont neutralisés (0-0), samedi soir, au Wanda Metropolitano. Dominateurs en première période mais peu efficaces, les Colchoneros auraient pu être les premiers à faire tomber les merengues cette saison. Mais solide défensivement, le Real reste invaincu et garde les commandes du championnat (15 points). L’Atletico est troisième, à un point (14), tandis que le Barça est au pied du podium (13).

L'heure espagnole est passée, vous pouvez circuler, il n'y avait pas grand chose à voir ce samedi dans la capitale ibérique. Le sommet annoncé entre le Real et son voisin madrilène a accouché d'une souris, comme on dit. Dommage, quand on sait que la première place du championnat était en jeu. Elle revient finalement aux merengues, qui profitent de ce scénario loin des plus grands films hitchockiens pour rester leaders, un point tout juste devant les Colchoneros. Pour le spectacle, on repassera, mais les bons comptes font les bons amis, parait-il. 

à voir aussi Liga : le Barça s'impose à Getafe et s'installe provisoirement sur le podium Liga : le Barça s'impose à Getafe et s'installe provisoirement sur le podium

Il ne manquait pourtant pas de stars sur la pelouse du Wanda ce samedi. Sans Alphonse Areola - qui doit encore chercher l'itinéraire pour rallier Paris à Madrid - mais avec Karim Benzema, Gareth Bale et Eden Hazard, les hommes de Zinédine Zidane ont eu un mal fou à entrer dans leur match. De son côté, Diego Simeone n'a "pas fait de chichi" reconduisant sa doublette Joao Félix-Diego Costa, décisive à Majorque il y a trois jours (0-2). Thomas Lemar, lui, n’a pas débuté la rencontre.

Une mi-temps chacun, pour rien

Les Rojiblancos ont été les premiers à se montrer dangereux. C’est justement Joao Félix – acheté cet été au Benfica contre une petite fortune (126 millions d'euros) – qui s’est illustré assez vite en écrasant trop sa frappe devant un Thibaut Courtois vigilant. Supérieurs dans les duels et maîtres du milieu de terrain, les coéquipiers de Jan Oblak auraient même pu ouvrir le score à la demi-heure de jeu s’il n’avait pas manqué quelques centimètres à Diego Costa pour couper un centre de Thomas Partey (31e).

En confiance, les Colchoneros n’ont pas vraiment eu de temps faibles en première période, et auraient mérité de rejoindre les vestiaires avec un but d’avance. La frappe de Joao Félix (41e), puis le dentre de Kieran Trippier (42e) ont donné des sueurs froides à Sergio Ramos et à toute la défense madrilène.

Benzema manque la balle de match

Revenus sur la pelouse de l’Estadio Wanda Metropolitano avec de meilleures intentions, les Merengue se sont montrés plus entreprenant offensivement. Gareth Bale a fait parler ses qualités de vitesse mais sa frappe n’a pas mis en danger Oblak (56e). Entré en jeu à la place de Federico Valverde, Luka Modric s’est aussi vite mis en évidence et son apport a fait énormément de bien au milieu de terrain du Real. Le Croate a tenté sa chance à plusieurs reprises, et il a surtout permis à son équipe d’imposer sa loi dans l’entre jeu. Bien trop frêles dans les duels, les joueurs de la casa blanca ont haussé le ton,  n'en déplaise à un Eden Hazard toujours aussi fantomatique. 

Un premier véritable avertissement pour les hommes de Diego Simeone, qui ont concédé une énorme occasion sur un beau centre de Dani Carvajal (74e). Discret jusque-là mais actif dans le jeu, Karim Benzema a repris d’une tête puissante, mais s’est frottée à un Obkak des grands soirs. Le portier slovène a sauvé les siens sur cette parade, sublime. Il a ensuite fallu creuser profondément pour trouver quelque chose à se mettre sous la dent. La fin de match a ressemblé à un jeu d'intimidation, où aucune des deux équipes n'a pris suffisamment de risques pour l'emporter. Merengue et Colchoneros se quittent dos à dos, mais le Real préserve son trône.