Griezmann Barca

Liga : Barcelone chute d'entrée pour la première de Griezmann

Publié le , modifié le

Le champion d'Espagne en titre est déjà tombé! Complètement hors du coup offensivement, le FC Barcelone, privé de son capitaine Lionel Messi, n'a jamais su se montrer dangereux sur la pelouse de l'Athletic Bilbao et l'a payé en toute fin de match, sur un but d'Aritz Aduriz à la 89e minute. Pour sa grande première sous le maillot Blaugrana, Antoine Griezmann a connu la défaite, mais surtout la sortie sur blessure de son avant-centre, Luis Suarez, touché au mollet.

Barcelone renversé d'entrée ! Sous pression médiatiquement à cause du transfert de Neymar, les Blaugranas ont semblé fragilisés sur le terrain, incapables de se montrer dangereux offensivement malgré la triplette Griezmann-Suarez-Dembélé alignée par Ernesto Valverde. Les Catalans ont trouvé les montants par deux fois, d'abord sur une frappe de Luis Suarez (32e), sorti quelques instants plus tard pour une blessure au mollet, puis par Rafinha (44e), puis, plus rien, ou presque. A l'image d'Antoine Griezmann, décevant pour sa première apparition officielle sous ses nouvelles couleurs. Les champions d'Espagne en titre ont payé leur manque de réalisme en toute fin de match, sur un sublime ciseau d'Aduriz (89e), alors que l'attaquant de Bilbao de 38 ans venait d'entrer en jeu, quelques jours seulement après qu'il ait annoncé avoir programmé sa retraite à la fin de la saison. 

Cette défaite inaugurale met déjà sous pression le FC Barcelone, privé de son capitaine Lionel Messi au coup d'envoi, ainsi qu'Ernesto Valverde, fragilisé en fin de saison dernière. En fonctions des résultats de ses rivaux, le Barça pourrait accuser dès la première journée trois longueurs de retard sur le Real Madrid qui se déplace samedi sur la pelouse du Celta Vigo (17h00) et sur l'Atlético Madrid, qui reçoit dimanche Getafe (22h00).

Griezmann en cruel manque de repères

Pendant que les Catalans s'activent dans les bureaux sur le cas Neymar, la vérité du terrain a été particulièrement cruelle pour eux vendredi. Les 20 premières minutes, notamment, ont été très compliquées entre le pressing basque et les accélérations d'Iñaki Williams, intenable. D'un tir tendu à 25 mètres (7e), puis d'une frappe à angle fermé (15e), l'avant-centre de Bilbao a contraint le gardien barcelonais, Marc-André ter Stegen, à deux parades décisives.

Le trio très inexpérimenté aligné dans l'entre-jeu composé de Sergi Roberto, Carles Aleña et la recrue néerlandaise Frenkie de Jong, n'a pas aidé les Blaugranas. Si ce dernier a surnagé, les deux jeunes Catalans ont peiné. Et lorsque Suarez s'est blessé, Valverde a repositionné sans succès Griezmann dans l'axe de l'attaque et lancé le Brésilien Rafinha. Ce dernier a peut-être été le meilleur Barcelonais, contraignant le gardien Unai Simon à détourner sur sa propre transversale une frappe enroulée (44e). Il a aussi trouvé la base du poteau, bien lancé par le Français Ousmane Dembélé (52e), auteur d'un match encourageant.

Tout l'inverse d'Antoine Griezmann, qui a peiné à exister et essuyé des sifflets constants en raison de son passé de joueur de la Real Sociedad, le club rival de l'Athletic Bilbao. Fébrile, la recrue phare de l'été barcelonais a raté un contrôle (5e), osé une charge trop brutale sur un adversaire (12e) et talonné pour personne dans la surface (17e). Tout en ne convertissant aucune de ses occasions franches (70e, 83e).  "La Liga est longue et il faut changer les choses dès le prochain match.", a déclaré l'attaquant français. "Le ballon n'a pas voulu rentrer et c'est la seule chose qui importe. C'est une défaite mais il faut garder le cap, travailler pour nous améliorer".

La déclaration

Gerard Piqué : "San Mamés est toujours un stade très difficile et ce soir la compétition nous a remis à notre place. Nous n'avons pas été nous-mêmes, l'adversaire nous a beaucoup pressés. Physiquement, ils ont été meilleurs. C'est vrai qu'en seconde période, nous avons dominé davantage mais au final, sur un détail à la 89e minute, une touche, un une-deux... Parfois, gagner ou perdre n'est qu'une question de détails. On repart avec une défaite qui nous fera du bien pour l'avenir."