Liga - 3e journée : Barcelone attend Dembélé et le derby

Liga - 3e journée : Barcelone attend Dembélé et le derby

Publié le , modifié le

La victoire ou la crise au FC Barcelone ! Déprimé par un mercato décevant, le club catalan doit gagner son derby contre l'Espanyol samedi à 20h45, pour la 3e journée du Championnat d'Espagne, avec les débuts très attendus d'Ousmane Dembélé, censé remplacer Neymar.

Le Barça entre déprime et "LSD"

Depuis le retentissant départ du Brésilien au PSG début août, l'ambiance est morose au Camp Nou. Le Barça a raté son mercato d'été, l'avenir de Lionel Messi et Andres Iniesta est en suspens et seule la Liga a apporté un peu de réconfort, avec deux victoires en autant de journées (6 pts). Visé par un processus pouvant déboucher sur une motion de censure, le président Josep Maria Bartomeu a tenté cette semaine de pourfendre le "pessimisme" ambiant et assuré que l'équipe serait "plus compétitive que l'an passé", même sans Neymar. Son entraîneur Ernesto Valverde a abondé dans ce sens vendredi: "Nous avons la meilleure équipe du monde, parce que ce sont les joueurs avec lesquels nous allons nous battre et parce que j'ai confiance dans leur valeur. J'ai un effectif extraordinaire", a-t-il lancé, assurant que son Barça briguerait "tous les trophées".

Cela reste à démontrer et c'est là qu'entre en jeu Dembélé. L'ailier français, devenu cet été le transfert le plus cher de la Liga (105 M EUR + 42 M de bonus), doit faire contre l'Espanyol ses grands débuts pour épauler l'Argentin Messi et l'Uruguayen Luis Suarez. Ce nouveau trio, déjà rebaptisé "LSD" (Lionel-Suarez-Dembélé) par la presse catalane, pourrait néanmoins devoir patienter car Suarez (genou) est incertain et Dembélé manque de rythme après avoir boycotté l'entraînement avec Dortmund pour hâter son transfert. "Les premiers jours, il accusait un peu son inactivité et le fait d'avoir vécu un changement énorme en venant ici et en étant au centre de l'attention. Mais petit à petit, on le voit plus à l'aise à l'entraînement, plus impliqué", a souligné Valverde, le jugeant "prêt". Suffisamment pour assumer son nouveau statut, celui de 3e plus gros transfert de l'histoire du football après Neymar et Kylian Mbappé ?

Le Real surfe sur sa nouvelle vague

Champion d'Espagne en titre, le Real Madrid a connu un début de saison perfectible: son attaquant-vedette Cristiano Ronaldo est suspendu en Liga jusqu'au 20 septembre pour avoir bousculé un arbitre, et le match nul 2-2 concédé contre Valence fin août suppose déjà deux points de retard sur le Barça. Mais même sans "CR7", l'équipe de Zinédine Zidane paraît bien armée, car les jeunes Marco Asensio et Isco crèvent l'écran.

Asensio (21 ans) a sauvé le Real avec un doublé contre Valence. Et cinq jours plus tard, Isco (25 ans) a réussi un récital avec la sélection espagnole contre l'Italie au stade Santiago-Bernabeu (3-0). "Nous avons un effectif qui est encore plus jeune qu'avant et cela nous garantit un bel avenir", a résumé Zidane. Cette nouvelle vague est autant un atout qu'un casse-tête pour "ZZ". Que faire de Karim Benzema et Gareth Bale, récemment conspués par le Bernabeu ? Les deux attaquants, membres avec Ronaldo du trio "BBC", risquent d'être supplantés dans le coeur du public par un trio "CIA" (Cristiano-Isco-Asensio)... Bref, contre le promu Levante samedi midi (13h00), le technicien français va devoir faire des choix s'il veut poursuivre sa série actuelle: 70 matches officiels consécutifs avec au moins un but inscrit par rencontre.

Valence-Atletico, le neuf contre l'ancien

En prolongeant cette semaine son entraîneur Diego Simeone jusqu'en 2020, l'Atletico Madrid a perpétué sa recette à succès: engagement, agressivité et solidarité. Mais ces bons vieux ingrédients vont être mis à l'épreuve samedi (16h15) face à un Valence métamorphosé par son nouvel entraîneur Marcelino et capable de neutraliser le Real au Bernabeu. Gare au piège pour les "Colchoneros" ! A Mestalla, ils seront encore privés du Français Antoine Griezmann, qui purge ce week-end son second match de suspension pour avoir insulté un arbitre. 

Le programme de la 3e journée :

Vendredi : Leganés - Getafe

Samedi : Real Madrid - Levante ; Valence - Atletico Madrid ; Séville FC - Eibar ; FC Barcelone - Espanyol Barcelone

Dimanche : Deportivo La Corogne - Real Sociedad ; Athletic Bilbao - Gérone ; Celta Vigo - Alavés ; Villarreal - Betis Séville

Lundi : Malaga - Las Palmas

AFP