Le Real suit péniblement le rythme

Le Real suit péniblement le rythme

Publié le , modifié le

Très poussif, le Real Madrid est revenu à quatre points de l'Atletico Madrid, deuxième de la Liga, après son succès sur la pelouse de Las Palmas lors de la 29e journée (1-2). Les Madrilènes, toujours aussi peu à l'aise loin de leurs bases, ne se sont imposés que grâce à un but de Casemiro dans les ultimes secondes.

L'équipe entraînée par Zinédine Zidane, sans Benzema (blessé) ni Varane (remplaçant), l'a emporté en ouvrant le score avec une tête de Sergio Ramos sur corner (24e) et en reprenant l'avantage en fin de match par Casemiro (89e), encore sur corner, après l'égalisation de Willian José (87e). Ce succès à l'arraché permet à la "Maison blanche" (3e, 63 pts) de suivre le rythme infernal imprimé par le FC Barcelone (1er, 75 pts) et l'Atletico Madrid (2e, 67 pts), vainqueurs respectifs de Getafe (6-0) et La Corogne (3-0) samedi.

Autre bonne nouvelle pour les Madrilènes, dont la place sur le podium avait été un temps menacée: le trou semble désormais fait vis-à-vis de Villarreal (4e, 53 pts), qui s'est incliné 4-2 à Séville (5e, 48 pts) dimanche après-midi et peut craindre pour sa quatrième place, qualificative pour les barrages de la Ligue des champions. Malgré ce succès, Zidane va avoir du travail dans les prochaines semaines pour rendre à son équipe un visage conquérant à l'extérieur. A la décharge des joueurs madrilènes, le déplacement à Las Palmas, aux Canaries, est le plus long de la saison en Liga et le club promu a souvent bousculé les grosses écuries sur son terrain.

Navas en état de grâce

A la lutte pour le maintien, les Canariens ont pris les Madrilènes à la gorge. Sur deux erreurs de relance de Luka Modric, Willian José a ainsi perdu son duel avec le gardien merengue Keylor Navas (10e) et Momo a expédié dans les nuages une frappe en bonne position (12e). Et il a fallu les multiples parades d'un Navas en état de grâce, surtout en seconde période, pour garder la cage merengue inviolée (62e, 64e, 65e...). Le Costaricien n'a rien pu faire sur le but de Willian José, un joli ballon piqué, mais le Real lui doit beaucoup sur ce match. Offensivement, les Madrilènes ont manqué d'allant. Toujours sans Karim Benzema (reprise), avec un Gareth Bale plutôt discret et un Isco qui s'est ostensiblement agacé d'être remplacé à l'heure de jeu, le Real s'en est remis à Cristiano Ronaldo pour exister.

Certes, "CR7" a raté son occasion la plus franche, un face-à-face avec le gardien canarien. Mais le corner obtenu sur l'action a permis au Real d'ouvrir le score avec une tête impeccable de Ramos (24e).
Et c'est à nouveau sur corner, en toute fin de match, que Casemiro, d'une tête piquée, a redonné l'avantage aux Madrilènes juste après l'égalisation canarienne. Bref, le Real n'a toujours pas résolu ses difficultés à l'extérieur, une constante depuis la nomination de Zidane début janvier, avec deux matches nuls en cinq déplacements en Championnat d'Espagne. Pas de chance: son prochain voyage sera au Camp Nou le 2 avril, et il s'agira d'affronter le FC Barcelone, impérial leader de la Liga.

francetv sport @francetvsport