Le Real se détache dans la douleur en battant le FC Séville

Le Real se détache dans la douleur en battant le FC Séville

Publié le , modifié le

Le Real Madrid a repris quatre points d'avance sur le Barça en tête de la Liga grâce à son difficile succès face au FC Séville lors d'un match en retard comptant pour la 16e journée (2-1). Malmenés dans le jeu, les Merengue ont également perdu Sergio Ramos et James Rodriguez, tous les deux sortis sur blessure, à quelques jours du derby contre l'Atletico Madrid.

Face à une équipe en forme comme le FC séville, 4e du classement avant le coup d'envoi, le Real Madrid avait beaucoup à perdre avec ce match décalé. Notamment son avance potentielle de 4 points sur Barcelone. Toujours sans Ronaldo suspendu, mais avec un peu de réussite, les hommes de Carlo Ancelotti se sont sortis du piège andalou. Mais cela ne fut pas sans peine ni incidence puisque le Real a perdu deux joueurs, Sergio Ramos et James Rodriguez, dans la bataille. Un coup dur avant d'affronter prochainement l'Atletico qui, à sept points du voisin madrilène, n'a pas encore abdiqué. 

Le Real n'avait pas pu affronter le club de Kevin Gameiro, blessé ce mercredi, en raison du Mondial des clubs que les Merengue avaient disputé, et gagné, à la fin de l'année. Pressés d'en découdre, les Andalous débutaient fort avec cette énorme occasion de Vitolo qui butait sur Casillas dès la 2e minute. Les partenaires de Varane, titulaire en l'absence de Pepe, avaient la confirmation que cette soirée allait être difficile quelques minutes plus tard avec la blessure de Sergio Ramos, qui se blessait tout seul à la cuisse (8e). Mais le leader de la Liga a de la ressource. Un moment d'absence de la défense adverse et la punition intervenait aussitôt : totalement oublié par l'arrière-garde de Séville, James Rodriguez smashait son coup de tête pour tromper Bento en force (1-0, 8e).

Le Real tant bien que mal 

La joie du Colombien était pourtant de courte durée puisqu'à son tour il était contraint de quitter ses partenaires sur blessure (25e). Auparavant, les Sévillans avaient bien failli égaliser par Iborra mais le poteau avait sauvé "San Iker" (18e), bref, rien n'était facile pour le Real... Un nouveau rebondissement allait pourtant faire basculer le match dans les camps des Castillans. D'abord, c'était le malheureux Bento qui se blessait après un choc avec Karim Benzema avant se sortir sur une civière (35e) puis, dans la minute suivante, profitant du flottement dans les rangs de Séville, Jese exploitait au mieux une légère déviation d'Isco pour marquer en force le but du KO (2-0, 36e).

Après une telle première période, les organismes avaient clairement besoin de souffler. Les Madrilènes se contentaient dès lors de faire tourner le ballon en gérant leur avantage et manquaient même quelques opportunités, notamment sur des coups francs de Bale et Kroos, ou sur une reprise manquée à bout portant de Benzema. Un manque de réalisme que les Merengue allaient payer. Pas résignés par leur retard au score, les Andalous réduisaient la marque grâce à Aspas qui profitait d'un remarquable travail en débordement de Vitolo sur la gauche (2-1, 80e). L'espoir était revenu dans le camp des hommes d'Emery mais, tant bien que mal, le Real parvenait à maintenir son précieux avantage jusqu'au bout. Si les difficultés dans le jeu demeurent, l'avantage comptable des Madrilènes sur le Barça, lui, s'accroît. 

Julien Lamotte