Ronaldo et Di Maria (Real Madrid)
Ronaldo et Di Maria (Real Madrid) ont fait mal au Barça | PEDRO ARMESTRE / AFP

Le Real a mis la manière

Publié le , modifié le

Cinq ans de disette à Bernabeu face au Barça, ça ne pouvait plus durer pour le Real Madrid. Les Merengues ont retrouvé la voie du succès lors du match de retour de la Supercoupe d'Espagne 2-1 et s'adjuge le trophée devant leur grand rival. Auteurs d'une première mi-temps échevelée, les Madrilènes ont mis les Catalans sous l'éteignoir en moins de vingt minutes. Réduit à dix dès la 23e minute, Barcelone a fini par réagir et aurait pu égaliser en fin de match.

Mercredi, les "Merengue", que leur entraîneur Mourinho avait mis en demeure de réagir en début de semaine après leur piètre prestation face à Getafe (défaite 2-1), auront en effet montré un tout autre visage. Emmenés par un Ronaldo extrêmement motivé, auteur du deuxième but, les locaux se seront battus sur chaque ballon. Le Barça, apathique en première période, plus vaillant en seconde, se sera réveillé bien trop tard, se voyant surtout coulé par une défense centrale dans un jour sans. Les longs ballons des Madrilènes dans le dos de Piqué et Mascherano auront en effet mis les Blaugrana au supplice. L'exclusion d'Adriano à la 29e, sur une action semblable, n'a évidemment rien arrangé. D'entrée de jeu, les Madrilènes auront donné le ton: pressant haut, victorieux dans les duels, ils auront pris à la gorge des Blaugrana trop sûrs d'eux.

Dès la 7e minute, Higuain héritait ainsi d'une belle passe en profondeur, la première d'une longue série. Valdes, auteur d'une énorme bourde lors du match aller qui avait redonné l'espoir aux Blancs, répondait présent avec un arrêt réflexe. Mais le gardien catalan allait se voir rapidement submergé. Affaiblie par la blessure du latéral Alves qui, au dernier moment, avait dû céder sa place à Jordi Alba, la défense "blaugrana" commettait bien trop d'erreurs. A la 10e, Mascherano se faisait ainsi surprendre par un dégagement du défenseur merengue Pepe et laissait Higuain filer seul au but. L'Argentin, cette fois, ne rejetait pas le cadeau (1-0). Puis c'était au tour de Ronaldo d'entrer en scène. Sur une nouvelle ouverture plein axe, le Portugais sortait une aile de pigeon de son chapeau, laissait Piqué sur place et s'en allait tromper Valdes (2-0; 19). Les Blaugrana étaient KO debout, d'autant plus que le Real ne relâchait pas son emprise. Avec un Piqué une nouvelle fois dépassé, Higuain se voyait offrir la balle du 3-0 face à Valdes, mais celui-ci remportait un nouveau duel.

Les hommes de Vilanova, déjà contre les cordes, encaissaient un coup supplémentaire avec l'exclusion justifiée d'Adriano qui, pris de vitesse par Ronaldo, choisissait de faire faute en position de dernier défenseur (28). Vilanova, commençant à craindre que les siens ne prennent une leçon, remplaçait l'attaquant Alexis Sanchez par le défenseur Montoya. Curieusement, ce n'est qu'une fois réduit à dix que le Barça se mettait un peu à jouer. Rien de bien extraordinaire, mais cela suffisait tout de même pour que Messi puisse se procurer un coup franc. D'un superbe tir du gauche, "el Diez", jusqu'ici porté disparu, réduisait le score juste avant la pause (2-1). Au retour des vestiaires, le suspense était donc relancé. Le Real, pensant avoir fait le plus dur, levait le pied, permettant ainsi à son rival de revenir lentement dans le jeu. La stupeur manquait ainsi de s'abattre sur le Bernabeu quand Pedro, après un bel enchaînement en pleine course, se présentait seul face à Casillas. Mais celui-ci veillait (61). Ou quand Ramos sauvait à l'emporte-pièce face à Alba (75).

Xavi Hernandez (milieu du FC Barcelone): "Nous avons fait un bon match. Nous avons surmonté les deux buts que nous avons encaissés et à dix, nous avons eu des occasions pour gagner cette Supercoupe. Nous avons perdu ce titre, mais il reste ceux qui comptent. Sur le match en lui-même, nous avons été pris un peu à froid et nous l'avons payé sur deux erreurs ponctuelles. Mais une fois réduits à dix, nous avons joué avec notre philosophie. Il faut continuer sur cette voie".

Iker Casillas (gardien du Real Madrid): "Nous avons dominé en première période et même le match en général. Mais Valdes a sorti aujourd'hui un grand match et sur la fin, nous avons dû souffrir un peu plus. Mais je crois que c'est un titre mérité. Ils se sont procuré assez peu d'occasions, même si le peu qu'ils ont eues ont été dangereuses. Sinon, je voulais aussi féliciter le Barça pour être resté sur le terrain au moment de la remise de la Supercoupe."