Cristiano Ronaldo, l'attaquant du Real Madrid.
Cristiano Ronaldo, l'attaquant du Real Madrid. | AFP

Le Real laisse le Barça prendre les devants

Publié le , modifié le

Dimanche soir, le Real Madrid a concédé son tout premier revers de la saison. A Séville (3-1), les Merengue ont pourtant ouvert le score, sur un superbe ciseau de Sergio Ramos. Mais Ciro Immobile, Ever Banega et Fernando Llorente ont inversé la tendance, pour offrir un succès de prestige aux Andalous. Malgré un sursaut de James Rodriguez dans le temps additionnel, le Real laisse ainsi le Barça s’échapper en tête de la Liga, avec trois points d’avance. Les deux mastodontes d’Espagne s’affronteront dans deux semaines, au Bernabeu.

Jusqu’ici, le Real de Benitez n’avait jamais perdu. Dimanche soir, il s’est pris les pieds dans le tapis sévillan (3-1). En s’inclinant pour la première fois de la saison, les Merengue ont laissé les commandes de la Liga au Barça, qu’ils accueilleront dans quinze jours, après la trêve internationale.

A Séville, le Real a vécu une première période contrastée. Dominateurs jusqu'à l'ouverture du score par Sergio Ramos (22e), les Madrilènes semblaient perturbés après la sortie (32e) de leur capitaine, blessé à l'épaule gauche après son retourné acrobatique. Ce qui a alors permis aux Sévillans d'égaliser par l'intermédiaire de Ciro Immobile. Sur un corner tiré par Banega, le ballon filait devant le but madrilène sans être touché. Seul au second poteau, Immobile n'a pas raté l'occasion de fusiller le gardien madrilène Casilla (36e). Sur leur lancée, les Andalous étaient tout près de doubler la mise, mais Immobile a trop croisé son tir (40e).

Au retour des vestiaires, Séville a pris l'avantage après un rapide  une-deux entre Vitolo et Konoplyanka, le centre de l'Ukrainien ayant été repris  victorieusement par Banega (61e). Quatorze minutes plus tard, Llorente a repris une frappe manquée de  Trémoulinas pour tromper un troisième fois Casilla. Le gardien madrilène a  ensuite sauvé son équipe du naufrage en se couchant sur un ballon chaud d'Ever Banega, décidément en grande forme. Le but de Rodriguez dans le temps additionnel est arrivé trop tard pour le Real.

AFP