Cristiano Ronaldo Gareth Bale Real Madrid
Cristiano Ronaldo et Gareth Bale (Real Madrid) | DANI POZO / AFP

Le Real joue à se faire peur

Publié le , modifié le

Alors qu'il menait 3-0 face au Rayo Vallecano dans le derby madrilène, le Real a concédé deux pénalties qui ont fait trembler les partenaires de Ronaldo jusqu'au bout. Grâce à un succès étriqué (3-2), ce Real aux deux visages revient néanmoins à six points du leader barcelonais. L'Atletico Madrid, qui reçoit dimanche l'Atlhetico Bilbao, peut s'intercaller entre les deux géants en cas de victoire.

Si tout n'est pas parfait au Real Madrid ces dernières semaines, au moins on ne s'ennuie jamais. Il se passe toujours quelque chose avec cette équipe. Après le 7-3 passé au FC Séville, le club merengue a offert une prestation pour le moins contrastée face au voisin du Rayo Vallecano. Après un départ en fanfare, l'équipe de Carlo Ancelotti a complètement déjoué au point de laisser revenir ses adversaires dans un match que l'on croyait plié depuis longtemps. 

Bale comme une balle

Troisième minute, Cristiano Ronaldo, dans la lignée de ses derniers matchs, déboule côté gauche, dépose son défenseur et vient ouvrir le score d'un plat du pied impérial (0-1, 3e). En dépit du classement de son adversaire du soir (avant-dernier de la Liga), le Real a décidé de jouer bas et de procéder par contres. Avec un joueur comme Gareth Bale, ça aide. Le Gallois, de retour au plus haut niveau, martyrise la défense du Rayo à chaque accélération et sa vista fait mal. Benzema (31e), puis Ronaldo au retour des vestiaires (48e), profitent de ses caviars pour porter le score à 3-0. Efficacité redoutable. Pour autant, les Madrilènes continuent de reculer et de laisser la possession à son adversaire. Un jeu dangereux... 

Alors que le Real, avec sa qualité technique, a largement les moyens de mettre le pied sur le ballon, il va subitement perdre le fil de ce match en concédant, en l'espace de deux minutes, deux penalties qui vont complètement relancer le Rayo ! Viera, par deux fois, trompe Diego Lopez et redonne espoir à tout un stade (2-3, 55e). le Rayo, qui reste sur dix défaites de rang dans le derby madrilène, y croit de nouveau et, dans la foulée, Bueno oblige Lopez à détourner sa frappe sur son montant gauche (65e). En dépit de quelques situations encore très chaudes devant le but du Real, ce dernier va quand même réussir à préserver son mince avantage. Sans dommage, mais quitte pour une belle frayeur...

Julien Lamotte