Cristiano Ronaldo (Coupe du Roi)
Cristiano Ronaldo (Coupe du Roi) | GERARD JULIEN - AFP

Le Real en finale de la Coupe du Roi

Publié le , modifié le

Deux penalties de Cristiano Ronaldo ont permis mardi au Real Madrid d'écarter de la Coupe du Roi l'Atletico, tenant du titre, avec un succès 2-0 en demi-finale retour qui permettra au finaliste 2013 de briguer à nouveau le trophée.

Malgré un match houleux sur le terrain mais surtout en tribunes, avec  notamment un briquet lancé au visage de "CR7", les joueurs de Carlo Ancelotti  ont confirmé leur large succès de l'aller (3-0). Et ils pourraient se voir offrir en finale mi-avril un clasico contre le FC  Barcelone si ce dernier confirme mercredi (21h00 GMT) sur la pelouse de la Real  Sociedad son avantage de deux buts, acquis la semaine dernière (2-0). En deux derbys, le Real a fait vasciller l'épouvantail "Atleti": d'abord en  lui infligeant il y a une semaine sa première défaite depuis plus de trois  mois, puis, mardi soir, en lui ôtant son invincibilité à domicile cette saison.

Le stade Vicente Calderon, bouillant face à l'ennemi merengue, n'en a pas  reconnu son équipe. Certains spectateurs sont même sortis de leurs gonds:  Ronaldo, qui rentrait aux vestiaires à la pause, a reçu un briquet au visage et  une bagarre a éclaté en tribune en seconde période. Il faut dire que les "Colchoneros" se sont senti floués par deux décisions  arbitrales qui ont permis au Real de prendre l'ascendant.

Varane de retour comme titulaire

Au bout de seulement cinq minutes de jeu, Cristiano Ronaldo a déboulé sur  la gauche de la surface adverse et été accroché par Javier Manquillo,  conduisant l'arbitre à siffler. L'attaquant portugais, qui doit encore purger  deux matches de suspension en Liga mais est libre de jouer en Coupe, s'est fait  une joie de transformer (7e). Huit minutes plus tard, rebelote, avec cette fois une faute sur Gareth  Bale. Ronaldo a récidivé (16e), tuant dans l'oeuf toute esquisse de révolte. La gifle est rude pour les "Colchoneros" qui ont "perdu" en trois jours la  première place du Championnat d'Espagne, qu'ils co-détiennent à égalité avec le  Barça et le Real, et leurs chances de conserver leur trophée en Coupe.

A leur décharge, l'entraîneur Diego Simeone ne semblait guère croire à un  retournement de situation, puisqu'il avait mis au repos des cadres comme Diego  Godin, Arda Turan ou Gabi, avec également l'absence du gardien Thibaut Courtois  (dos) et de l'attaquant Diego Costa (suspendu). D'ailleurs, seul Raul Garcia, qui a trouvé le poteau sur une frappe de  l'entrée de la surface, a vraiment inquiété Iker Casillas (11). Comme à l'aller, le match a été physique, et comme à l'aller, l'Atletico a  été pris à son propre jeu, celui de l'engagement et de l'agressivité. Sur un  choc avec Ronaldo, Insua est d'ailleurs très mal retombé et a dû céder sa  place, ajoutant à la tension ambiante.

Faute de beau football, cette rencontre a au moins permis à Karim Benzema  de souffler sur le banc des remplaçants et à Raphaël Varane de faire son retour  comme titulaire avec le Real. Le défenseur international français, remis de ses problèmes à un genou, a  su livrer une partie propre dans un match heurté, disputant une rencontre dans  son intégralité pour la première fois depuis mi-novembre.

AFP