James Rodriguez Real Madrid
James Rodriguez (Real Madrid) | MIGUEL RIOPA / AFP

Le Real atomise La Corogne

Publié le , modifié le

Le Real Madrid s'est imposé sur la pelouse du Deportivo La Corogne sur le score fleuve de 8 buts à 2 lors de la 4e journée de la Liga. Cristiano Ronaldo, trois buts, ainsi que Gareth Bale et Chicharito Hernandez, tous les deux auteurs d'un doublé, ont été les grands artisans de ce large succès.

Ronaldo a signé un "coup du chapeau" parfait: ouverture du score de la  tête (29), frappe du droit dans le but vide après un bon travail de Karim  Benzema (41) et tir croisé du gauche à mi-hauteur (78). Malgré les réductions du score successives d'Haris Medunjanin sur penalty  (50) et de Toché de la tête (84), le Real a étincelé offensivement avec deux  buts de Bale sur deux appels dans la surface (66, 74) et des frappes splendides  de James Rodriguez (37) et "Chicharito" (88, 90+2), auteur de ses deux premiers  buts sous le maillot merengue. Cette démonstration permet au Real de recoller provisoirement à trois  points du FC Barcelone, en déplacement dimanche sur la pelouse de Levante  (19h00 GMT), et à un point de l'Atletico, qui reçoit samedi soir l'autre club  galicien de Liga, le Celta Vigo (18h00 GMT).

Certes, le Real, après une première période brillante, a encore baissé le  pied après la pause, son grand problème en ce début de saison. Cela a permis au  "Depor" d'entretenir l'espoir avec un penalty généreux, obtenu pour une main de  Sergio Ramos. Mais offensivement, les automatismes commencent à se roder et on a beaucoup  vu James, Ronaldo, Bale et Benzema combiner et permuter en attaque.

Benzema intenable

Le Français, en particulier, a été intenable: très mobile, il s'est  démarqué, a multiplié les appels et beaucoup touché le ballon. Passeur sur le  but de James, Benzema a dribblé le gardien sorti hors de sa surface (41) sur le  deuxième but de Ronaldo. Sorti à l'heure de jeu, il ne lui aura manqué qu'un  but pour valider cet excellent travail. Ronaldo, pour sa part, a enfin marqué au stade de Riazor, l'une des rares  enceintes emblématiques d'Espagne où il n'avait pas encore inscrit de but. Le  Portugais a signé une merveille de tête en lucarne sur un centre d'Alvaro  Arbeloa (29) avant de profiter du bon travail de Benzema.

Après une récupération de balle de James, "CR7" a ensuite clos la marque  pour inscrire son 5e but en Liga cette saison (41) et prendre seul les  commandes du classement des buteurs. Le Real n'aura finalement été inquiété qu'en début de seconde période, où  Iker Casillas, pris en grippe par une partie du stade Bernabeu, s'est montré  vigilant. Le portier espagnol n'a rien pu faire sur le penalty mais il a  réalisé plusieurs arrêts importants (52, 57) pour éviter de remettre le "Depor"  dans le match, même s'il n'a pu empêcher le but tardif de Toché de la tête (84). Cette réduction du score aura été anecdotique puisque le doublé de  "Chicharito" en fin de rencontre a permis au Real de faire aussi bien que sa  précédente plus large victoire à l'extérieur en Liga, en 1987 à Saragosse  (7-1). Et de remettre les pendules à l'heure vis-à-vis de ses rivaux pour le  titre.

L'Atletico à la peine...

Si le Real est de retour, l'Atletico semble connaître à son tour un léger passage à vide: les "Colchoneros", vaincus par l'Olympiakos en C1 mardi (3-2), ont à nouveau péché en défense et n'ont pu faire mieux qu'un nul à domicile contre le Celta. Malgré l'intense activité d'Antoine Griezmann, titulaire en attaque, l'"Atleti" s'est retrouvé mené au score après une curieuse reprise du talon à l'aveugle de Pedro Pablo Hernandez (19). Le champion d'Espagne en titre, dont l'effectif a été très remanié à l'intersaison, a alors joué sur ses points forts habituels, avec deux buts sur phases arrêtées: un plat du pied de Joao Miranda après un coup franc (31) et une tête de Diego Godin sur corner (41).

Mais il a aussi montré une fébrilité défensive plus étonnante: Miranda a fait faute sur Carles Planas en début de seconde période, concédant le pénalty de l'égalisation à Nolito (53). Et en l'absence du Croate Mario Mandzukic, opéré du nez, le Mexicain Raul Jimenez a manqué de réussite devant le but (62, 74). Signe qu'après les efforts consentis au Pirée en milieu de semaine, l'Atletico a peut-être été contaminé par le "virus C1".

AFP