Angel Maria Villar
Angel Maria Villar lors de sa réélection en 2010 | Maxpp - Ballesteros

Le président de la Fédération espagnole refuse de démissionner

Publié le , modifié le

Le président de la Fédération espagnole de football, Angel Maria Villar, suspendu de ses fonctions par les autorités de son pays, a fait part lundi, lors d'une conférence de presse, de son refus de démissionner, malgré la pression de la Fifa. Il accuse "d'ingérence" le gouvernement espagnol.

A la tête de la Fédération (RFEF) depuis 29 ans, Villar, 67 ans, a été mis en cause dans un scandale de corruption, et suspendu pour un an par le Conseil supérieur des sports (CSD), organe dépendant du gouvernement présidé par le secrétaire d'Etat aux Sports José Ramon Lete. Selon la justice espagnole, Angel Maria Villar est soupçonné d'avoir mis en place une structure qui permettait de détourner des fonds au profit de ses proches ou de lui-même.

Une "menace pour la Roja" pour le Mondial

Dans la continuité de cette décision, c'est probablement un avis du CSD favorable à l'organisation de nouvelles élections à la RFEF, qui a poussé la Fifa à mettre en garde l'Espagne, dans la perspective du Mondial-2018, en menaçant de priver la "Roja" de compétition si la situation n'était pas réglée. Déclaration dont s'est immédiatement emparé Villar accusant le gouvernement espagnol d'ingérences pouvant remettre en cause la participation de l'équipe nationale à la coupe du monde.

A aucun moment cependant, lors de cette conférence de presse,  organisée dans une ambiance tendue et assez surréaliste, l'ancien vice-président de la Fifa et de l'UEFA, n'a fait amende honorable. Bien au contraire, il a assuré n'avoir "commis aucun délit" et réclamé son retour aux affaires. "Si je (...) n'ai pas démissionné de la RFEF, c'est que je crois que la présidence de la RFEF est mieux défendue en étant actif", a poursuivi l'ancien patron du football espagnol, qui a multiplié les accrocs avec les journalistes dont beaucoup l'ont poussé dans ses retranchements.

La présidence de la RFEF est actuellement occupée par Juan Luis Larrea, ancien trésorier de l'ère Villar, et le poste nourrit toutes les convoitises alors qu'une motion de censure a été déposée contre l'actuelle direction.
 

francetv sport @francetvsport