Le FC Barcelone
Le FC Barcelone | AFP - Pau Barrena

Le FC Barcelone, 2020 l'année de la crise ?

Publié le

Le FC Barcelone est en crise. Une semaine après avoir démissionné de son poste de vice-président comme cinq autres membres de la direction, Emili Rousaud en rajoute dans une interview dans L'Equipe.

"Le Barça vit un début d'année horrible." Dans une interview accordée à L'Equipe, Emili Rousaud, ancien vice-président du FC Barcelone qui a démissionné la semaine passée, résume assez bien la séquence terrible que vit le club catalan. Si sur le terrain, la 1re place en Liga et l'attente du match retour des 8e de finale de la Ligue des champions contre Naples (1-1 à l'aller) maintiennent l'équipe dans ses objectifs, en coulisse, ce n'est pas la même chose.

à voir aussi Liga : six dirigeants du FC Barcelone démissionnent, Bartomeu fragilisé Liga : six dirigeants du FC Barcelone démissionnent, Bartomeu fragilisé

Contraint par le président Josep Maria Bartomeu de quitter le club avec cinq autres membres de la direction, l'ancien favori à la présidence dresse un panorama négatif. Entre l'approche de Xavi pour remplacer l'entraîneur Ernesto Valverde qui avait fuité dans la presse, les déclarations d'Eric Abidal, le secrétaire technique du club, qui justifiait le licenciement de Valverde par le fait que beaucoup de joueurs "n'étaient pas satisfaits et ne travaillaient pas" ce qui lui avait valu un retour de bâton de Lionel Messi, jusqu'à cette affaire de réseaux sociaux qui a conduit à cette éviction massive, le FC Barcelone évolue en eaux troubles. Et il ne faut pas oublier le feuilleton de l'été dernier autour du retour de Neymar, où les "limites" financières du club catalan sont apparues au grand jour... Une vraie telenovela, que Barcelone, malgré un conflit avec le Brésilien devant les tribunaux pour des primes non payées, est prêt à poursuivre selon Rousaud : "Le Barça souhaite en effet faire revenir Neymar. (...) L'intérêt du club est réel, même si c'est complexe", dit-il. 

La présidence en 2021 ?

Mais au cœur de ce départ massif, il y a cette histoire de contrats passés pour gérer les réseaux sociaux du club. "Le club a fait appel à une entreprise pour s'occuper de ses réseaux sociaux et a fractionné son contrat en cinq parts légèrement inférieures à 200 000 euros, afin d'éviter les contrôles internes (...) et notamment le comité d'attribution, dont je faisais partie", explique-t-il. "Le club a subi un préjudice financier. (...) Il y a des manœuvres mal intentionnées. (...) J'ai demandé au club qu'un audit soit réalisé."

La crise du Covid-19 pourrait encore aggraver la situation financière du Barça, comme la plupart des clubs dans le monde. "Le club devrait terminer la saison avec un déficit", insiste Rousaud. Désormais hors du club, l'ancien vice-président se lancera-t-il dans une campagne pour briguer la présidence de l'institution, lors d'élections qui devraient avoir lieu l'an prochain ? Si c'est le cas, sa liberté de parole pourrait créer bien des remous.