Lionel Messi - Barcelone
La joie des Barcelonais | AFP - LLUIS GENE

Le Barça roi d'Espagne

Publié le , modifié le

Un match nul sur la pelouse de Levante (1-1) a suffi aux Barcelonais pour décrocher le 21e titre national de leur histoire, le troisième de suite sous l'ère Guardiola. Sans pratiquer leur jeu habituel, les Blaugrana ont assuré l'essentiel : repousser définitivement le Real Madrid pour se consacrer à la finale de la Ligue des Champions contre Manchester United le 28 mai prochain.

 Dans la douleur, le Barça a accouché de son troisième titre de suite en Liga en décrochant un modeste match nul sur la pelouse de Levante, 13e du championnat d'Espagne. Mais peu importe la prestation en demi-teinte des Blaugrana ce soir, c'est une saison en tout point extraordinaire que vient couronner ce petit point. Paradoxalement, alors que les Catalans ont proposé un football de rêve durant toute la durée de cet exercice 2010-2011, c'est certainement le match le moins abouti qui les sacre champions d'Espagne. Coincés entre le désir d'attaquer, conformément à leurs valeurs ancestrales, et celui surtout de ne pas perdre, les hommes de Pep Guardiola ont presque "déjoué" pendant 90 minutes. Certes, il y a eu ce but de Keita (28e), sur une ouverture somptueuse de Xavi, ou quelques percées diaboliques de Messi, mais ce fut bien peu au regard de ce qu'est capable de produire le club catalan. D'autant que Levante, bien décidé à ne pas jouer les faire-valoir, a égalisé par Caicedo (41e) suite à une énorme bévue de Gerard Piqué.

Le sacre du jeu

Même si le Barça n'a pas joué à fond ce match, la fin de la rencontre tournant carrément à la parodie avec une passe à dix pendant quasiment un quart d'heure, il est temps que la saison se termine pour Messi et compagnie. Alors que le rival madrilène finit en boulet de canon, les Blaugrana semblent puiser dans les réserves. Leur jeu, irrésistible il y a encore quelques semaines, s'est sérieusement étiolé. Certes, les Barcelonais continuent de monopoliser le ballon mais ils ne parviennent presque plus à trouver les décalages qui faisaient leur force. L'usure physique, ainsi que le manque de profondeur du banc des remplaçants (assurément l'un des plus gros chantiers en vue de la saison prochaine) peuvent expliquer cette baisse de régime. Pourtant, ne boudons pas notre plaisir et célébrons l'une des plus belles équipes de tous les temps, qui s'apprête à livrer un dernier combat, le 28 mai prochain, en finale de la Ligue des champions contre Manchester United. Quelque soit le résultat de ce duel de Wembley, ce Barça laissera, au-delà de chiffres à donner le vertige (29 victoires, 5 nuls et 2 défaites en Liga, 92 buts marqués, 20 encaissés), une incroyable impression de facilité. De magie diront certains.

Déclarations :

Sandro Rosell (président du FC Barcelone): "C'est un moment incroyablement heureux pour tous les +barcelonistes+. Impossible de trouver les bons adjectifs. Cette Liga a une très grande valeur, celle de l'effort et du travail. Cette équipe a su gérer beaucoup de choses avec maturité. En tant que président, c'est une fierté. C'est difficile d'expliquer ce qu'on ressent. Une joie immense".
Pep Guardiola : "Maintenant nous avons du temps pour préparer le plus beau match de  l'année, qui est la finale de la Ligue des champions. Les joueurs ont donné une leçon parce qu'il avaient le désir et l'envie de  se battre. Sans les joueurs rien de cela ne serait  possible. Ils ont fait des efforts tous les jours et les succès finissent par  arriver. Ils sont uniques et le travail du club sera (un jour) de leur trouver  des remplaçants. La joie est très grande, immense en raison des  difficultés. Il faut fêter (le titre) et le savourer vendredi avec tous les  gens de Barcelone."
Xavi: "Cette équipe a tellement de mérite, c'est une grande équipe. Le public le mérite".
Seydou Keita: "C'est un jour très important pour les +culés+ (supporteurs de Barcelone, ndlr). Maintenant il nous manque la finale de la Ligue des champions".
Andrés Iniesta: "Après tant de travail... on est super content. On va fêter cette Liga".

Julien Lamotte