Luis Suarez
Luis Suarez, omniprésent à la pointe de l'attaque barcelonaise, a inscrit un doublé | JAVIER SORIANO / AFP

Le Barça remporte un Clasico à sens unique

Publié le , modifié le

Il n’y a pas eu de suspense ce samedi au stade Santiago Bernabeu. Sans Messi, de retour de blessure et laissé sur le banc en début de rencontre, le FC Barcelone a corrigé le Real Madrid (4-0) grâce notamment à un doublé de Luis Suarez. Les locaux ont terminé à dix suite à l’expulsion d’Isco en fin de match. Les Catalans confortent ainsi leur place de leader et affichent désormais six points d’avance sur les Merengue.

Pas de Messi ? Pas de problème. Invaincu depuis près de deux mois, le FC Barcelone a livré une véritable démonstration de force ce samedi à Madrid, à l’occasion d’un Clasico très attendu mais sous tension (la sécurité du stade a été renforcée) suites aux attaques ayant touché Paris et Saint-Denis le week-end dernier. Deux buts avant la pause, deux buts après : le Barça a vite mené et n’a jamais été rattrapé. Injouables dès lors qu’ils passaient la seconde en attaque, les Catalans se sont également reposés sur leur portier, Claudio Bravo, héroïque dans ses cages. Messi en a même profité pour faire son retour en jouant plus d'une demi-heure sur la pelouse de Santiago Bernabeu. 

Le Real dépassé d'entrée

Dès la dixième minute, le Barça donnait le ton en déroulant une superbe action collective que Sergi Roberto sublimait en prenant l’intervalle dans l’axe : il dribblait deux défenseurs, et adressait un bijou de passe à Luis Suarez qui trompait Keylor Navas (10’, 1-0). La première demi-heure était entièrement catalane : Roberto, Neymar et Rakitic donnaient tous des sueurs froides au public, et il fallait que James Rodriguez force Claudio Bravo à la parade (29’) pour que les locaux s’offrent enfin une première occasion. Mais la joie était de longue durée : à la limite du hors-jeu, Neymar était lancé par Iniesta à gauche de la surface. Le Brésilien prenait la vitesse la défense madrilène et doublait la mise (38’, 2-0). Le Barça était même à deux doigts d’enfoncer le clou avant de rentrer aux vestiaires, mais Marcelo sauvait sur sa ligne (45’+2). Le Real restait en vie mais vacillait dangereusement…

… et s’écroulait pour de bon quand Iniesta, à la suite d’un une-deux avec Neymar qui la remettait à son capitaine d’une superbe talonnade, logeait le cuir dans la lucarne droite de Keylor Navas (53’, 3-0). La fête virait au cauchemar. Comme pour narguer les locaux, Messi faisait son apparition et Claudio Bravo multipliait les parades, remportant notamment deux face-à-face contre Cristiano Ronaldo (68’), peu inspiré ce samedi, et Karim Benzema  (81’). Les Madrilènes continuaient de sombrer défensivement quand Luis Suarez s’échappait une nouvelle fois dans l’axe, feintant Keylor Navas pour piquer son ballon du droit et aggraver la marque (4-0, 74’).

Isco craque

La soirée était cauchemardesque jusqu’au bout pour les Merengue, quand Isco craquait en frottant son pied sur le genou gauche de Neymar, qui l’avait battu au duel : carton rouge direct (84’). Munir El Haddadi aurait même pu placer une ‘Manita’, mais il manquait sa reprise seul face au but madrilène (89’). Qu’importe, le Barça avait assuré l’essentiel en humiliant son rival de toujours, plombant l’enthousiasme des 81.000 spectateurs qui se sont retournés contre leur propre équipe, et frappant un coup retentissant en tête de la Liga. Une gifle qui devrait laisser des traces dans les esprits des hommes de Rafael Benitez, lequel avait estimé la veille que le Real était "favori"...

Iniesta a inscrit le 3e but barcelonais, un bijou
Iniesta a inscrit le 3e but barcelonais, un bijou

Déclaration :
Andres Iniesta (au micro de la télévision espagnole): "Nous avons réussi un match complet à tous les niveaux, en ayant le ballon et en recherchant le surnombre. Nous avons concédé peu d'occasions et nous avons peu perdu le ballon. Nous avons fait un très, très bon match. J'avais dit jeudi que ce qui nous intéressait c'était d'être nous-mêmes. Nous y sommes parvenus. (Sur l'écart de six points creusé au classement) La Liga est encore longue, c'est loin d'être décisif, mais nous repartons très, très satisfaits."