Alexis Sanchez Barça
Alexis Sanchez a apporté sa pierre à l'édifice. | PIERRE-PHILIPPE MARCOU/AFP

Le Barça fête son titre par une victoire

Publié le , modifié le

Déjà assuré du titre après le nul sur Real Madrid sur la pelouse de l'Espanyol (1-1) samedi, le Barça a fêté comme il se doit son sacre en empochant une nouvelle victoire contre l'Atletico Madrid (2-1).

Le Barça, qui possédait une avance de 7 points (désormais 10) sur le Real avec deux matches à jouer, avait déjà remporté le 22e titre de son histoire sans jouer après le nul de son dernier rival samedi soir. Dans un match assez peu rythmé, le Barça a tout de même réussi à aller chercher la victoire à 10, face à un adversaire également peu motivé, après la sortie de Messi et l'ouverture du score de Falcao.

L'Atletico, assuré de conserver sa 3e place qualificative pour la Ligue des champions et devant disputer la finale de la Coupe du Roi vendredi contre le Real Madrid, ne se livrait pas en première période. Le Barça, assuré du titre, monopolisait le ballon sans conviction. La rencontre s'emballait peu avant la pause grâce à l'attaquant du Barça Tello. Le jeune joueur, formé au club, manquait de peu le cadre dans un angle  fermé (45+1). Au retour des vestiaires, il servait Messi au point de penalty,  mais l'attaquant argentin n'ajustait pas sa volée (48). Toujours cantonné à sa stratégie de contre-attaque, l'Atletico ouvrait la marque par l'inévitable Falcao (51e). Le Colombien était servi dans la course après un ballon perdu des Barcelonais et fusillait Pinto pour inscrire son 28e but de la saison en Liga.

Messi rechute

Peu après l'heure de jeu, Messi, le meilleur marqueur de la Liga (46 buts)  se ressentait de sa blessure aux ischio-jambiers et demandait à sortir. L'entraîneur catalan Tito Vilanova ayant déjà effectué ses trois changements, le champion d'Espagne était alors contraint d'évoluer à dix. Peu productif avant la sortie de Messi, le Barça se transformait. Alexis Sanchez égalisait de près après une remise de Fabregas (1-1, 72e), puis huit minutes plus tard la frappe de David Villa trouvait la cuisse du défenseur madrilène Gabi et finissait sa course hors de portée de Courtois (2-1, 80).

AFP