Villa et Fabregas
La joie des Barcelonais Villa et Fabregas | AFP - Josep Lago

Le Barça en démonstration, le Real craque

Publié le , modifié le

Contre toute attente, le Real a été battu à Levante 1 à 0, au terme d'un match nerveux marqué par l'expulsion de Khedira et loin du festival de buts (8-0) offert la veille par son grand rival de Barcelone qui lui repasse devant au classement. Valence et le Betis Séville sont désormais seuls en tête après cette 4e journée.

Avec six points, les Merengue, qui avaient pourtant débuté la saison sur un sans faute, se retrouvent à la quatrième place, avec une longueur de retard sur le Barça et à trois points de Valence, en tête de la Liga. Malgré leur statut de favori et une large domination en début de rencontre, les Madrilènes n'ont pas su concrétiser leurs occasions en première période et la nervosité l'a vite emporté. Benzema a pourtant essayé de donner de l'allant au jeu mais les Madrilènes, mal organisés, ont manqué trop occasions. L'attaquant français croyait avoir ouvert le score à la 9e minute à la suite d'un coup franc frappé par Di Maria puis récupéré dans les mains du gardien adverse par Pépé. Mais l'arbitre sanctionnait une faute de Pépé.
Deux minutes plus tard, Benzema centrait pour Kaka en bonne position, mais le Brésilien frappait cette fois au-dessus des cages de Levante. Il ne faisait guère mieux à la 36e minute, incapable de profiter d'une erreur du gardien Munua. L'ambiance s'est ensuite vite tendue, les Madrilènes accumulant les fautes. L'Allemand Khedira, qui avait déjà pris un carton jaune pour une faute sur Juanfran, a été exclu à cinq minutes de la pause après avoir voulu protéger Di Maria qui s'était jeté au sol après une altercation avec le camp adverse.

Impuissant Ronaldo, brillant Falcao

Les invectives et les bousculades avaient commencé lorsque Di Maria, qui venait de prendre un tacle sur la droite sans que l'arbitre ne siffle, a voulu répondre. En seconde période, les entrées de Cristiano Ronaldo et Ozil n'ont pas permis aux Merengue réduits à 10 de forcer la décision. Au contraire, c'est la stratégie de contre systématique de Levante qui a payé. Les locaux trouvaient la faille à la 67e minute de jeu par Koné, aidé par un gros travail de l'arrière Javi Venta sur son flanc droit. Loin de l'ambiance houleuse de Levante, le Camp Nou avait été à la fête dès samedi soir. Le Barça y a fait une prestation époustouflante (8-0) aux dépens d'Osasuna Pampelune. Malgré les absences d'Iniesta et d'Alexis Sanchez, tous deux blessés pour une longue durée, les Catalans se sont offert un long monologue avec un football toujours autant porté vers l'avant dont Messi (triplé) a encore été l'animateur.

Pour le reste, le Colombien Falcao, arrivé cet été en provenance de Porto, a assuré le spectacle et la victoire écrasante de l'Atletico sur le Racing de Santander 4 à 0, ce qui permet au club rojiblanco de revenir en milieu de tableau (9e). De même pour Saragosse (11e) qui l'a difficilement emporté 2-1, contre l'Espagnyol Barcelone. Lors du dernier match de la journée, le Betis Séville s'est imposé à l'Athletic Bilbao (2-3) et a rejoint Valence, vainqueur samedi au Sporting Gijon (0-1).

AFP