Lionel Messi Barcelone Koke Atletico Madrid
Lionel Messi (Barcelone) tente de déborder Koke (Atletico Madrid) | JOSEP LAGO / AFP

Le Barça en deça mais vainqueur

Publié le , modifié le

Sans briller, le FC Barcelone a remporté son premier trophée de la saison en s'adjugeant la Supercoupe d'Espagne grâce à un match nul à domicile contre l'Atletico Madrid (0-0). Vainqueurs grâce au but marqué à l'extérieur lors de la rencontre aller (1-1), les Catalans sont encore en rôdage à l'image de l'association entre Lionel Messi et Neymar. C'est la 15e Supercoupe pour les Blaugrana et le premier titre pour Tata Martino, le nouvel entraîneur.

Pour la première fois de la saison, Lionel Messi et Neymar étaient associés au coup d'envoi. Il aura fallu attendre la deuxième période pour voir le duo sud-américain tenter quelques échanges mais la relation n'en est qu'à ses préliminaires, il faudra certainement lui laisser du temps. Les titularisations de l'Argentin, remis d'une blessure à la cuisse, et du Brésilien, faisaient une victime collatérale, Andres Iniesta, relégué sur le banc. Abondance de biens ne nuit jamais mais le Barça n'a pas brillé pour autant. 

Valdes sauve la patrie blaugrana

Face à une équipe madrilène parfaitement regroupée et jouant les contres à fond, les Catalans ont sombré dans leurs travers récurrents de ces derniers mois, à savoir un jeu stéréotypé. Pas de changement de rythme et une passe à dix stérile qui faisaient bien les affaires de l'Atletico. Ce sont même les hommes de Simone qui se créaient les meilleures opportunités du match d'abord sur un tir à bout portant de Turan (42e) puis sur une frappe enroulée de l'ex-Blaugrana David Villa (56e). A chaque fois, Victor Valdes sortait le grand jeu et sauvait les siens. L'homme du match n'était ni Argentin, ni Brésilien.

Grâce à son portier, le Barça sauvait ainsi les meubles tout en poussant les Colchoneros à commettre des fautes, dont une sur Pedro qui leur coûtait un penalty à la 87e minute. Messi, pas en réussite, le frappait sur la barre. Sans incidence pour les dernières secondes, mais ce raté symbolisait bien les difficultés offensives actuelles des Barcelonais. 

Julien Lamotte