Tito Vilanova
L'entraîneur de Barcelone, Tito Vilanova | AFP - LLUIS GENE

Le Barça de Vilanova face à l'héritage de Guardiola

Publié le , modifié le

Quatre jours après avoir perdu leur titre de la SuperCoupe d'Espagne au profit du Real, le FC Barcelone accueille au Camp Nou Valence. Son entraîneur, Tito Vilanova, est bien placé pour savoir que la saison dernière, le Barça de Pep Guardiola s'était incliné deux fois de suite une seule fois. Son ancien adjoint sait la pression qui repose sur ses épaules face à une formation qui a fait vaciller les Madrilènes lors de la 1ère journée.

Succéder à un homme qui a tout gagné. Ce challenge, Tito Vilanova l'avait accepté en devenant l'entraîneur du FC Barcelone, quittant son rôle d'adjoint de Pep Guardiola, parti à la retraite. Mais il ne pensait peut-être pas être aussitôt placé sous haute pression. Le bon début de championnat des Catalans a été terni par la défaite (2-1), à Madrid, en finale retour de la SuperCoupe d'Espagne. Rien de déshonorant face au Real, mais déjà un trophée perdu par rapport à la saison dernière.

La situation pourrait devenir oppressante pour le technicien si son équipe venait à s'incliner, ce dimanche, contre la Valence CF au Camp Nou. Là encore, l'adversaire n'est pas à classer au rayon des "petites équipes". Mais la saison dernière, malgré une 2e place en Liga et une élimination en demi-finale de la Ligue des Champions, Pep Guardiola avait vu son équipe s'incliner deux fois de suite (toutes compétitions confondues) qu'à une seule reprise. Et c'était en fin de saison, avec une défaite à Stamford Bridge lors de la demi-finale aller de C1 contre Chelsea enchaîné avec un revers contre le rival madrilène au Camp Nou. Si pareille mésaventure survenait lors de ce premier week-end de septembre, le jeu des comparaisons ne ferait que s'intensifier, et pas dans le bon sens pour Vilanova.

Seulement 4 défaites pour le Barça 2011-2012

Il faut tout de même rappeler que lors de la saison passée, toutes compétitions confondues, Barcelone n'a perdu que quatre matches (dont un seul à domicile), et n'a concédé que treize matches nuls (dont quatre à domicile). L'entraîneur catalan ne bénéficie pas non plus de circonstances favorables, le retour de Puyol, victime d'une fracture de la pommette droite, n'étant pas certain alors que Dani Alves est victime d'une lésion musculaire. Or, c'est bien la défense qui a peiné contre les Madrilènes, et face à l'attaquant Soldado (déjà deux buts) notamment, ce n'est pas une bonne nouvelle. L'incertitude pesant sur le meneur argentin Gago, touché à l'adducteur, pourrait néanmoins remettre en cause le potentiel offensif des Valencians.

Leader de la Liga avec la meilleure attaque du championnat après deux journées, présent dans un groupe de Ligue des Champions très abordable (benfica, Spartak Moscou, Celtic Glasgow), le FC Barcelone va bien. Mais l'héritage de Pep Guardiola, vainqueur de six titres lors de la seule saison 2009 (championnat, Coupe du Roi, Supercoupe d'Espagne, Ligue des Champions, Supercoupe de l'UEFA, Coupe du monde des Clubs), est lourd à porter.