Soriano Villarreal Iniesta Barcelone
Soriano (Villarreal) en duel avec Iniesta (Barcelone) | JAIME REINA / AFP

Le Barça avec l'énergie du désespoir

Publié le , modifié le

Attristé par la perte de son ancien entraîneur, Tito Vilanova, deux jours plus tôt, Barcelone a failli faire une croix définitive sur le titre lors de la 35e journée de Liga. Menés 2-0 par Villarreal, les Catalans ont bénéficié de deux buts contre leur camp pour revenir miraculeusement au score avant que Messi ne leur offre la victoire dans les dernières minutes d'un match renversant (2-3).

L'hommage fut à la hauteur du respect et de l'admiration qu'avait inspiré Tito Vilanova durant les derniers mois de sa vie. La photo de l'ex-coach catalan, décédé d'un cancer jeudi, planait au dessus du Madrigal et la minute de silence fut admirablement respectée par les supporters de Villarreal. Du côté barcelonais, l'émotion était trop forte et quelques larmes coulaient. Comme si la tristesse avait submergé tout le monde, les 22 joueurs, portant un brassard noir pour l'occasion, mettaient un certain temps à vraiment rentrer dans le match. Messi tentait bien de sonner l'alarme mais l'Argentin butait sur Asenjo (16e). Cette occasion donnait le véritable coup d'envoi de la rencontre puisque dans la foulée Mario, pour "le sous-marin jaune", était lui aussi tout près d'ouvrir le score (17e). Si les Blaugrana reprenaient ensuite le contrôle des opérations, leur domination s'avérait, comme trop souvent ces derniers mois, tout à fait stérile. Et comme habituellement dans ces cas-là, ils se faisaient cueillir par un but adverse, signé Cani juste avant la pause (1-0, 45+1e).

Miracle au Madregal

A la reprise, les Catalans tentaient de se ruer à l'assaut des cages jaunes mais, en dehors d'un raid de Messi (51e), leur jeu continuait de tourner à vide. Les hommes de Martino touchaient vraiment le fond lorsqu'un coup de tête magnifique de Trigueros trompait Pinto (2-0, 55e). A ce moment précis, le Barça comptait sept points de retard sur l'Atletico Madrid et pouvait dire adieu à ses dernières chances de conserver son titre de champion d'Espagne. C'est alors que le miracle se produisit. Les plus croyants y verront peut-être un signe céleste, toujours est-il qu'en l'espace de douze minutes, Barcelone revenait au score grâce à deux buts... contre leur camp ! Pauli (65e) et Musacchio (77e) remettaient ainsi bien involontairement leur adversaire sur les rails (2-2).

En dépit d'une saison vraiment noire en tout points, que ce soit sur le plan sportif, financier ou humain, le Barça ne pouvait pas laisser passer l'occasion. Lionel Messi, retrouvait son instinct de tueur pour convertir, d'une frappe du droit, une offrande de Fabregas, décisif depuis son entrée en jeu en secondé période (2-3, 83e). Grâce à succès inespéré, les Blaugrana restent en course dans la lutte pour le titre. Mais ce soir ils ont surtout rendu hommage à Tito Vilanova en ne baissant pas les bras lorsque tout semblait perdu. 

Julien Lamotte