Atletico Madrid Coupe du Roi
La joie des joueurs de l'Atletico Madrid | AFP - JAVIER SORIANO

L'Atletico tient la cadence

Publié le , modifié le

L'Atletico Madrid est revenu provisoirement à égalité de points avec le Barça en tête de la Liga grâce à son succès face à Eibar lors de la 23e journée de la Liga (3-1). Même si les Catalans disposent de deux matchs en plus à jouer, les partenaires d'Antoine Griezmann restent dans la course.

Après-midi riche en rebondissements pour la 23e journée: contraint de  dépanner en défense centrale en l'absence de plusieurs titulaires, le milieu  madrilène Saul Niguez a commencé par cafouiller grossièrement un ballon pour  offrir l'ouverture du score à l'attaquant basque Keko (45e+1). Mais après l'égalisation du défenseur madrilène José Maria Gimenez d'une  tête au premier poteau sur corner (56e), Saul a réparé son erreur en donnant  l'avantage à l'Atletico d'une nouvelle tête sur corner (63e). Et Torres, qui  attendait depuis septembre d'inscrire son 100e but sous le maillot  "rojiblanco", s'est jeté en fin de match pour enfin franchir cette barre  symbolique. Au classement, ce succès permet à l'"Atleti" (2e, 51 pts) de se replacer à  la hauteur du FC Barcelone (1er, 51 pts, deux matches de moins), qui peut  reprendre ses distances dimanche midi sur le terrain de la lanterne rouge  Levante (11h00 GMT). Le Real Madrid de l'entraîneur français Zinédine Zidane,  troisième (47 pts), se déplace dimanche soir à Grenade (19h30 GMT).

100e but libérateur pour Torres

Au stade Vicente-Calderon, l'Atletico n'a pas eu la partie facile face à  Eibar, qui n'en finit pas d'impressionner après avoir été sauvé  administrativement de la descente l'été dernier. Pour l'entraîneur madrilène Diego Simeone, ce match avait tout d'un  casse-tête puisque ses défenseurs Savic (problème musculaire), Juanfran, Diego  Godin et Filipe Luis (suspendus) étaient absents. Et le jeu a vite tourné à la  partie d'échecs contre un adversaire basque intense et bien organisé. Improvisé défenseur central, Saul a cru avoir commis l'irréparable  lorsqu'il a marché sur le ballon juste devant sa surface, permettant à Eibar  d'ouvrir le score grâce à l'attaquant Keko (45e+1).

La hargne des "Colchoneros" leur a néanmoins permis d'égaliser, grâce à  leur habituelle arme fatale: les coups de pied arrêtés, d'abord par Gimenez  (56e) puis par Saul (63e). Quant au Français Antoine Griezmann, il a manqué de réussite avec notamment  une demi-volée non cadrée (19e) et un hors-jeu contestable alors qu'il filait  au but (43e). La fin de match a coïncidé avec la fin d'un long feuilleton: Fernando  Torres a enfin marqué son 100e but avec son club formateur, ce qu'il attendait  depuis plus de quatre mois, précisément depuis son 99e but inscrit lors d'une  victoire 2-0 en Liga à... Eibar. Auteur de 91 buts avec l'"Atleti" entre 2001 et 2007, puis de huit  supplémentaires après son retour en fanfare dans son club de coeur en janvier  2015, "El Niño" aura enchaîné 18 matches sans marquer avant cette libération.

AFP