Godin Atletico Madrid Aduriz Athletic Bilbao
Godin (Atletico Madrid) au duel avec Aduriz (Athletic Bilbao) | RAFA RIVAS / AFP

L'Atletico envoie un message fort

Publié le , modifié le

Vainqueur sur le terrain de l'Athletic Bilbao (1-2), l'Atletico Madrid a repris au Barça la première place au classement général. C'est désormais certain, les Colchoneros se battront jusqu'au bout pour le titre. Le Real Madrid, qui a dominé sans forcer son voisin du Rayon Vallecano en clôture de cette 31e journée de Liga (5-0), reste également dans la course.

L'Atletico a fait un pas peut-être décisif dans sa quête du titre de champion d'Espagne. Certes, les Madrilènes en sont encore loin puisqu'il reste sept journées et notamment un dernier match au Camp Nou de Barcelone, mais le fait est qu'en sortant vainqueurs de "la Cathédrale" de San Mames, l'Atletico a marqué les esprits et envoyé un message fort aux Blaugrana et aux Merengue, ses rivaux directs. Face au 4e du championnat, les "Matelassiers" ont d'abord plié en encaissant un but de Muniain dès la 6e minute de jeu sur un lob astucieux, mais ils n'ont pas rompu. Guidé, comme souvent, par Diego Costa, ils ont égalisé une frappe croisée du néo-Espagnol (22e). 

Le deuxième meilleur réalisateur de la Liga (25 buts) aurait pu, aurait dû, être de nouveau décisif dès l'entame de la seconde période mais l'arbitre ne voyait pas la faute du prometteur défenseur français Aymeric Laporte, qui fauchait le pied d'appui de Diego Costa dans la surface (49e). Le jeune Tricolore allait connaître l'enfer face à son adversaire direct avant de se faire expulser en fin de match. A ce moment-là les hommes de Simeone s'étaient détachés puisque Koke avait coupé de la tête un centre venu de l'aile gauche pour inscrire le but du break (55e). Une défense de tous les instants, une "grinta" exemplaire et une parade exceptionnelle de Courtois sur une tête d'Aduriz avaient permis à l'Atletico de conserver cet avantage jusqu'au bout. Cette fois, les "Colchoneros" ne peuvent plus se cacher, ils sont des prétendants déclarés au titre. Et pourront enfoncer le clou en Ligue des Champions dès mardi face au... Barça.

Le Real se ressaisit

Après deux défaites de rang, le Real Madrid a profité de la réception du voisin du Rayo Vallecano pour se refaire une santé. Sans Varane, sur le banc, ni Modric, blessé. La pluie battante qui fouettait Santiago Bernabeu n'incitait pas à l'optimisme mais Cristiano Ronaldo, après une percée plein champs et un tir croisé, redonnait le sourire aux Merengue (1-0, 15e). Par bonheur pour ces derniers, le Portugais, auteur de sa 28e réalisation en Liga, se montrait beaucoup plus adroit devant le but que ses deux compagnons du "BBC" puisque Benzema (27e) puis Bale (38e) manquaient l'immanquable à quelques mètres de la cage ! Un défaut de réalisme qui pourrait se payer cher mercredi en Ligue des Champions face au Borussia Dortmund... 

Le second acte sera beaucoup plus fructueux pour les hommes d'Ancelotti. Bien servi en retrait par Cristiano Ronaldo, Carvajal se muait en buteur (2-0, 54e) avant que Gareth Bale ne se rachète de ses récentes prestations en s'offrant un doublé, d'abord en reprenant une offrande de l'excellent Di Maria (3-0, 68e) puis au terme d'une chevauchée solitaire de 80 mètres (4-0, 70e) ! Un dernier chef d'oeuvre de Morata, qui avait remplacé un Benzema peu inspiré quelque minutes auparavant, parachevait le triomphe madrilène avec une frappe enroulée pleine lucarne (5-0, 78e). Au soir de cette 31e journée, les trois premiers l'ont donc emporté et le suspense reste entier. Qui oserait s'en plaindre ? 

Julien Lamotte