Iniesta, Xavi, Jordi Alba et Sergio Busquets
Iniesta, Xavi, Jordi Alba et Sergio Busquets | AFP PHOTO / EITAN ABRAMOVICH

La Roja au cœur du Clasico

Publié le , modifié le

L’un des matches les plus attendus de l’année, entre le Real et le Barça dimanche à Santiago Bernabeu (21h00), rassemblera près de 20 joueurs espagnols susceptibles de jouer le Mondial cet été. Mais si certains ont déjà assuré leur place en sélection, d’autres doivent encore convaincre Vicente Del Bosque : pour eux, le Clasio est l’occasion rêvée de faire pencher la balance du bon côté.

Ils seront convoqués 

Pedro et Sergio Ramos
Pedro et Sergio Ramos

Une bonne partie de l’armada barcelonaise sera du voyage à Rio. L’indéboulonnable trio du milieu de terrain (Iniesta, Xavi, Busquets) sera bien évidemment de la partie, tout comme Pedro, très souvent titularisé par Del Bosque sur le flanc droit de l’attaque espagnole. Cesc Fabregas a lui aussi été appelé lors de tous les derniers rendez-vous de la Roja, tout comme le madrilène Xabi Alonso qui navigue en sélection comme en club entre le onze de départ et le banc des remplaçants.

En défense, les paires Sergio Ramos - Alvaro Arbeloa côté Real et Gerard Piqué - Jordi Alba côté Barça semblent intouchables. Vieillissant, souvent blessé et moins utilisé avec les Blaugrana, Carles Puyol ne fait pas autant l’unanimité mais devrait malgré tout suivre ses compagnons au Brésil : le sélectionneur, qui ne l’a certes pas convoqué lors du dernier match amical de l’Espagne, avait assuré que le défenseur n’était "pas écarté" et demeurait "une référence". Dans les cages, enfin, Victor Valdes est tout à fait crédible en numéro 2 derrière Iker Casillas, qui bien que squattant le banc des Merengue en Championnat, demeure le plus probable gardien titulaire de l’Espagne au Mondial.

Ils sont candidats

Isco
Isco

La nouvelle perle du Real, Isco (21 ans), n’a pas encore assuré sa place au Brésil. Convoqué pour la fin des éliminatoires du Mondial, le milieu espagnol n’a visiblement pas convaincu Del Bosque, qui a préféré ne pas le rappeler lors des matches amicaux contre l’Afrique du Sud et l’Italie. Le jeune madrilène, très souvent remplaçant en club n’aura en tout cas pas à subir la concurrence de Jesé Rodriguez, qui était lui de plus en plus utilisé… avant de se faire les croisés contre Schalke, éteignant ses minces espoirs de participation au Mondial.   

En défense, Marc Bartra et Martin Montoya sont utilisés avec parcimonie en Catalogne : si le premier a participé aux éliminatoires du Mondial (mais pas rappelé en 2014), le second n'a pour l’instant joué qu’avec l’équipe olympique et les moins de 21 ans. Leur place dans les 23 espagnols semble donc compromise, tout comme celle des jeunes attaquants Cristian Tello (22 ans), rarement titulaire au Barça, et Alvaro Morata (21 ans), qu'Ancelotti n'utilise principalement que dans le dernier quart d’heure de jeu. Sur une pente ascendante au Real et ancien membre de la sélection espoir, Asier Illarramendi (24 ans) semble encore trop juste et n’a que très peu de chance d’aller à Rio, à l’image de son portier Diego Lopez. Titulaire en Liga mais quatrième dans la hiérarchie des gardiens espagnols, il devrait encore une fois être écarté au profit de Pepe Reina.