Clasico
Le défenseur du FC Barcelone Gerard Piqué (à gauche) et l'attaquant du Real Madrid Karim Benzema (à droite) à la lutte lors du Clasico disputé entre les deux équipes le 23 avril dernier au stade Santiago-Bernabeu (3-2 pour le Barça). | Pierre-Philippe Marcou / AFP

A la lutte pour le titre en Liga, week-end décisif pour le Barça et le Real

Publié le , modifié le

Si proches et si opposés : leader au classement, le FC Barcelone a tout à perdre chez son voisin de l'Espanyol Barcelone ce samedi (20h45) en Championnat d'Espagne, étant donné la menace pressante du Real Madrid, deuxième, qui reçoit Valence quelques heures plus tôt (16h15) pour la 35e journée de la Liga, en attendant son derby européen contre l'Atletico. Un week-end qui pourrait donc s'annoncer décisif dans la course au titre.

Le Barça en terrain hostile

Condamné au sans-faute pour espérer conserver son titre de champion, le FC Barcelone aborde peut-être l'affiche la plus difficile de sa fin de saison : le derby catalan sur le terrain de l'Espanyol Barcelone, nouvel épisode d'une rivalité qui remonte au début du 20e siècle. "Dans toutes les villes, il y a des derbys, ce sont des matches d'une importance spéciale", résumait l'entraîneur blaugrana Luis Enrique en décembre dernier, avant le match aller remporté 4-1 au Camp Nou. "Ce sont de beaux matches à jouer, pour ce que cela génère sur le terrain et dans l'atmosphère." Alors que les derbys récents penchent largement en faveur du grand Barça, toute l'Espagne se souvient du fameux "Tamudazo", ce doublé de l'attaquant de l'Espanyol Raul Tamudo qui avait privé le Barça du sacre (2-2) en 2007. Dix ans plus tard, les modestes "Pericos", entraînés par Quique Sanchez Flores, espèrent rejouer un mauvais tour aux hommes de Luis Enrique : le Barça (1er, 78 pts) ne devance le Real (2e, 78 pts, un match de moins) qu'à la différence de buts particulière et tout faux pas s'annonce fatal.

Le Real ​sur deux tableaux

La saison sera-t-elle historique au Real Madrid ? Le club peut encore espérer réussir le doublé Liga-Ligue des champions, qu'il n'a réussi que deux fois dans sa riche histoire, en 1957 et 1958. Mais l'entraîneur merengue Zinédine Zidane doit éviter toute dispersion de ses joueurs: les Madrilènes vont jouer tous les trois jours jusqu'au dénouement du Championnat d'Espagne, le week-end du 21 mai. Et la convaincante victoire contre le Deportivo La Corogne mercredi (6-2), avec une équipe largement remaniée, complique les choix du technicien français. Avec le retour de l'attaquant-vedette Cristiano Ronaldo, ménagé, "ZZ" dispose ce samedi contre Valence d'une dernière revue d'effectif avant le bouillant derby contre l'Atletico mardi prochain en demi-finale aller de la Ligue des champions. Comme le Barça, le Real n'a aucun droit à l'erreur. La "Maison Blanche" garde néanmoins son destin en main avec un match en retard à jouer mi-mai contre le Celta Vigo. Mais gare à ne pas laisser trop de plumes contre l'Atletico​ : ce derby européen, revanche des deux finales de C1 remportées par le Real en 2014 et 2016, s'annonce particulièrement éreintant. Et le sort de la Liga pourrait bien dépendre des efforts consentis en Ligue des Champions...