La Liga a t-elle basculé ?

La Liga a t-elle basculé ?

Publié le , modifié le

Le Barça affaibli, la semaine cauchemardesque du Real Madrid, l'Atlético leader à huit journées de la fin... Cette Liga tricéphale a t-elle déjà accouché de son vainqueur ?

Il y a des signes qui ne trompent pas. Lorsque Diego Costa, auteur de son 24e but en championnat contre Grenade mercredi soir, marque de la tête sur corner à l'heure de jeu, on se dit que ces Colchoneros là ont une belle trogne de champion. Pourquoi ? Et bien, parce que les Rojiblancas ont longtemps souffert face à la formation andalouse, emmenée par ses anciens du championnat français (Brahimi, El-Arabi), avant de forcer la décision sur coup de pied arrêté. Le genre de victoire acquise dans la souffrance, qui en dit long sur le sort triomphant qui attend le futur champion. Autrement dit, ce mercredi soir, au Vicente Calderon, les hommes de Diego Simeone ont fait preuve d'une efficacité redoutable, qualité nécessaire pour un prétendant au titre à l'aube du sprint final. Surtout que, dans le même temps, le Real Madrid et le FC Barcelone ont essuyé quelques tuiles. 

Barcelone: une place de gagnée, un Valdès de perdu 

Ce mercredi soir, au terme d'une victoire aisément obtenue sur sa pelouse face au Celta Vigo (3-0), la prestation du FC Barcelone a accouché à la fois d'une très bonne nouvelle et d'une très mauvaise. La bonne, c'est que Neymar, qui traverse actuellement une période compliquée sur le terrain comme dans les tribunaux, a ressuscité,  inscrivant ses 8e et 9e buts de la saison. A l'origine de la première réalisation du Brésilien, on trouve Lionel Messi. C'est l'autre bonne nouvelle de ce match: le quadruple ballon d'or et le jeune Auriverde se sont entendus comme larrons en foire sur le front de l'attaque, alors que l'on fustigeait la semaine dernière leur propension à jouer en "solo". Sur le plan comptable aussi, l'opération du FC Barcelone est excellente: les hommes de Martino profitent de la défaite du Real Madrid sur la pelouse de Séville pour s'emparer de la 2e place. En revanche, la grave blessure de Valdès, qui souffre d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, fait contrepoids dans la balance, et commue cette soirée prolifique en match presque cauchemardesque. A 8 matches de la fin du championnat, les Blaugrana perdent leur gardien titulaire - irréprochable depuis le début de la saison - et doivent s'en remettre aux gants pas toujours très rassurants de José Manuel Pinto. Lorsqu'il est entré hier soir face au Celta Viga, le meilleur ami de Messi au Barça a d'ailleurs failli encaisser un but gag après un dégagement contré par Mario Bermejo. Un titre de champion se joue parfois à ce genre de détail.

Le Real voudrait se pincer pour y croire

La Maison Blanche pouvait-elle faire pire ? 1er du championnat avec 4 points d'avance sur le FC Barcelone avant le Clasico de dimanche dernier, les hommes de Carlo Ancelotti se retrouvent ce jeudi matin 3e de la Liga espagnole à 3 points du leader Atlético. En cause, une défaite logiquement concédée face au Barça il y a 4 jours (3-4), puis une autre sur la pelouse du FC Séville mercredi soir (2-1). Pourtant dominateurs dans la possession, les Madrilènes se sont faits surprendre sur deux contres fulgurants, les Sevillistas profitant des errements de Xabi Alonso et Pepe en défense. En moins d'une semaine, le Real Madrid a perdu son latin et 6 points dans la course au titre. Certains ont perdu le championnat pour moins que ça. Marcelo, le latéral brésilien, sort déjà les mouchoirs: "les choses deviennent difficiles et je crois que nous devons demander pardon à nos supporteurs". 

Altético Madrid: en ballotage favorable mais...

Au début du mois de février, nous vous expliquions déjà pourquoi l'Atlético était un champion crédible. Meilleur défense de la Liga (seulement 21 buts encaissés), l'Atlético Madrid compte parmi ses rangs le deuxième meilleur buteur du championnat espagnol (Diego Costa, 24 buts), derrière l'intouchable Cristiano Ronaldo. C'est donc sans grande surprise, après son succès étriqué obtenu hier soir à Vincente-Calderon (1-0), que les Colchoneros s'emparent de la tête du championnat pour la deuxième fois de la saison. Mais les hommes de Diego Simeone pourraient être contrariés par un calendrier délicat: les partenaires de Koké jouent ce samedi sur la pelouse de l'Atlético Bilbao, un déplacement qui n'a pas réussi au FC Barcelone (0-1) et au Real Madrid (1-1). Avant d'affronter leur dauphin barcelonais lors de la dernière journée de la Liga. Dans la même configuration ? Ils l'espèrent. 

Jean Charbon