Antoine Griezmann Atletico Madrid
La joie des joueurs de l'Atletico Madrid | CURTO DE LA TORRE / AFP

Griezmann, l'état de grâce

Publié le , modifié le

Dans la lignée de ses excellentes performances sous le maillot bleu, Antoine Griezmann a largement contribué au succès de l'Atletico Madrid aux dépens du Betis Séville (5-1) lors de la 31e journée de Liga. Le Français a inscrit un doublé et délivré une passe décisive.

Quelques heures avant un clasico très attendu entre le Barça (1er, 76 pts) et le Real Madrid (3e, 66 pts), l'Atletico (2e, 70 pts) n'a pas raté l'occasion de mettre sous pression son rival barcelonais. Au stade Vicente-Calderon, c'est l'attaquant espagnol Fernando Torres, chouchou du public "colchonero", qui a débloqué la situation d'un petit ballon piqué (37e). Puis Griezmann a bénéficié de circonstances favorables pour doubler la mise: sa petite louche dans la surface n'a trouvé aucun de ses partenaires mais le gardien du Betis Antonio Adan, surpris, s'est troué, laissant le ballon lui filer entre les jambes et mourir au fond de la cage (42e).

Un but heureux, auquel le Français a ajouté une seconde unité en fin de rencontre après un exploit personnel de l'Argentin Angel Correa (81e). Entre-temps, Correa avait également délivré une autre passe décisive à Juanfran sur le troisième but de l'Atletico (65e). Dans le temps additionnel, Griezmann a assorti sa belle prestation d'une passe décisive pour le Ghanéen Thomas Partey (90e+1).
Voilà "Grizi" crédité d'un total de 19 buts dans cette Liga: en pleine forme, l'attaquant des Bleus semble fin prêt pour aborder le quart de finale aller de Ligue des champions, mardi soir au Camp Nou, même s'il a raté une occasion en or en manquant son face-à-face avec le gardien adverse en contre-attaque (55e).

Au chapitre des ratés, citons aussi cette inhabituelle faute de main du gardien de l'Atletico Jan Oblak sur l'unique but sévillan, signé Ruben Castro (79e). Pas forcément rassurant même si à sa décharge, la charnière centrale madrilène était très remaniée à cause des absences sur blessures de Diego Godin, José Maria Gimenez et Stefan Savic, ce qui a valu au Français Lucas Hernandez (20 ans) et à l'Espagnol Nacho Monsalve (21 ans) d'être titulaires.