Kevin Gameiro
L'attaquant français a ouvert le score d'une frappe sèche dès la 23e minute. | JOSE JORDAN / AFP

Finale de Coupe du Roi : un Valence clinique renverse le Barça (2-1)

Publié le , modifié le

Pour son centenaire le club valencian a créé la surprise en s'imposant contre le Barça (2-1) en finale de Coupe du Roi. Plus réalistes, les coéquipiers de Kevin Gameiro ont pris en contre des Blaugrana comme souvent maîtres du ballon, mais peu dangereux.

Valence attendait ça depuis 2008. Grâce à deux contres chirurgicaux les joueurs de Marcelino ont crucifié un Barcelone qui termine sa saison de la pire des façons. 

Valence finit en trombe

Quel tour de force ! A l'agonie en début de saison, les Valencians ne devaient pas s'attendre à réaliser un tel finish. En plus de décrocher une quatrième qualification en Ligue des Champions sur les six dernières années, Valence s'offre l'année de son centenaire une nouvelle Coupe du Roi démentant ainsi les statistiques puisque Lionel Messi n'avait jamais perdu contre Valence dans cette compétition. Le technicien valencian même remporte sa première victoire face aux Catalans au meilleur moment.

Pour se faire, les coéquipiers de l'attaquant français Kévin Gameiro, buteur dès la 23e minute sur un bon centre de Gabriel, ont proposé comme attendu un bloc bas se projetant au plus vite vers la cage de Cillessen à la moindre récupération de balle. Une tactique qui a permis à Moreno de doubler la mise de la tête dix minutes plus tard sur un centre surpuissant de Soler.

La possession stérile du Barça

En première période la différence était flagrante. Trois petits tirs pour autant de frappes cadrées ont permis aux Valencians de faire le break. En face, le Barça malgré une possession écrasante (77%) ne comptait à son actif que trois tirs cadrés sur huit tentatives.

Ernesto Valverde a bien tenté de changer la donne dès la pause en renvoyant sur le banc Semedo et Arthur pour lancer Malcom et Vidal. Sans succès. Messi a paru bien esseulé tout au long de la rencontre en l'absence de Suarez. La Pulga est néanmoins parvenu à s'illustrer une première fois grâce à un superbe extérieur du gauche qui finira sa course sur le poteau avant de réduire le score en renard des surfaces sur corner (72e).

Verdict, pas de quatrième doublé coupe-championnat pour le Barça, ni de consolation après l'élimination en demi-finale de Ligue des Champions. "Pour nous, l'année a été bonne, à chaque fois qu'on gagne la Liga on peut considérer que l'année a été bonne. Mais les attentes étaient plus élevées. Ce n'a pas été le cas, on repart avec une sensation douce-amère parce que les choses auraient pu être bien meilleures", tentait de relativiser Gerard Piqué à la fin de la rencontre.

Pourtant, ce résultat est une nouvelle claque pour Ernesto Valverde. Voilà une nouvelle occasion manquée pour le technicien barcelonais, récemment conforté dans ses fonctions par Bartomeu, de renforcer par le terrain sa position.