Suarez, Vazquez, Torres
Luis Suarez, l'attaquant du Barca, Lucas Vazquez, l'ailier du Real et Fernando Torres, le buteur de l'Atletico | AFP

FC Barcelone, Atletico Madrid, Real Madrid, le sprint pour le titre en Liga est lancé

Publié le , modifié le

A quatre journées de la fin, la lutte pour le titre en Liga est plus indécise que jamais. Le Barca, l’Atletico et le Real se tiennent en un point. Au niveau du calendrier, avantage aux Colchoneros, mais le réveil tonitruant des Catalans contre la Corogne laisse entendre que ces derniers ne veulent rien lâcher dans la dernière ligne droite. Le Real, lui, est en embuscade.

Le FC Barcelone, poursuivre l'embellie

Après trois défaites de suite en Liga, le Barca s’est réveillé et a frappé fort. Très fort. Une victoire 8-0 sur la pelouse de La Corogne avec un Luis Suarez exceptionnel, impliqué sur 7 réalisations (un quadruplé et 3 passes décisives). Avec ce large succès, le Barca garde la main et sera couronné au soir du 15 mai s’il remporte ses quatre derniers matches. Cette course où le moindre faux-pas sera synonyme d’adieu à la Liga commence sur la pelouse du Camp Nou où la dernière victoire en Liga remonte à un plus d’un mois (6-0 contre Getafe le 12 mars). A cette époque, le Barca volait. La chute a été brutale mais l’hémorragie semble stoppée.

L’embellie doit être confirmée face au Sporting Gijon ce samedi, lors de cette 35e journée. Une rencontre particulière à plus d’un titre pour Luis Enrique. Car il n’a plus le droit de perdre, mais aussi parce qu’il va croiser la route de son ami d’enfance et ancien équipier chez les Blaugrana, Abelardo. "C'est une personne très importante dans ma vie", a résumé le technicien barcelonais. Cruelle croisée des chemins puisque quand l’un lutte pour le titre, l’autre se bat pour ne pas descendre. "Je suis 'Sportinguista' du berceau à la tombe. Mais parfois, quand on se consacre au football, il faut penser autrement", a déclaré Luis Enrique. Le technicien catalan a vu avec soulagement le redémarrage de la MSN. Messi a dépassé la barre des 500 buts en carrière (501) et Luis Suarez est plus que jamais en lice pour le titre de pichichi (30 buts, un de moins que Ronaldo).

Le calendrier du Barca

36e j : se déplace au Bétis Séville
37e j : reçoit l’Espanyol Barcelone
38e j : se déplace à Grenade

L’Atletico Madrid, pas le temps de gérer

Cette courte victoire sur la pelouse des Basques de Bilbao pourrait valoir de l’or pour Diego Simeone. En s’imposant 1-0 grâce à Fernando Torres, les Colchoneros ont sans doute passé l’obstacle le plus compliqué sur la route qui mène à un deuxième titre de champion en trois ans après 2014. Mais, attention toutefois à cette prochaine rencontre a priori anodine contre Malaga. Actuel 9e de Liga, cette équipe est entraînée par Javi Garcia, la bête noire de Diego Simone, costume qu’il endosse habituellement. Le Barca, éliminé en quart de finale de C1 ou le Real Madrid de Zidane, peuvent en témoigner.

Mais là, l’entraîneur de l’Atletico trouve à qui parler et se souvient de deux défaites cuisantes : la défaite 1-0 lors de la phase aller en décembre, et surtout un humiliant 3-0 contre Osasuna en 2014. "Nous avons des problèmes face à l'entraîneur de Malaga", résumait Simeone en février. "Il a pris l'ascendant sur nous, plus que n'importe quelle autre équipe". A Vicente-Calderon, l’Atletico comptera sur ses hommes en forme, ses deux attaquants, l’espagnol Fernando Torres (cinq buts sur ses cinq derniers matches) et le Français Antoine Griezmann, en quête de son 30e but toutes compétitions confondues cette saison. Les Colchoneros qui n’ont pas pour habitude de s’économiser lors des rencontres auront peut-être aussi dans un coin de leur tête leur demi-finale aller de mercredi prochain face au Bayern Munich en Ligue des champions. Cette C1 qui pourrait leur coûter de l’énergie et donc cher pour la suite de la Liga, là où le Barca est désormais "débarrassé".

Le calendrier de l'Atletico Madrid

​36e j : reçoit le Rayo Vallecano
37e j : se déplace à Levante
38e j : reçoit le Celta Vigo

Le Real Madrid, poursuivre le sans-faute

On le sait, c’est dit et répété à chaque retournement de situation, mais tout va très vite dans le football. Après la 27e journée, le Real, tout juste battu par l’Atletico Madrid, avait dit adieu au titre d’après Zinédine Zidane. Huit journées plus tard, le Real est à un point du duo de tête et s’est remis à croire en ses chances. La poursuite du rêve passe par un derby madrilène contre le Rayo Vallecano. Savoureux car on va voir comment Zidane prépare ce rendez-vous sans sa star Cristiano Ronaldo, blessé à la cuisse contre Villarreal. Le Portugais a été ménagé ce week-end pour être opérationnel mardi en demi-finale aller de Ligue des champions contre Manchester City.

Savoureux aussi car l’entraîneur tricolore va croiser la route de Paco Jemez. "ZZ" n’a peut-être pas oublié les commentaires acerbes du technicien du Rayo Vallecano (16e, 35 pts) à l'automne 2014, alors que "ZZ" était confronté à un problème de diplôme sur le banc de la réserve merengue. Zidane a-t-il le diplôme d'entraîneur, oui ou non? S'il lui faut encore un peu de temps pour l'obtenir, alors il ne peut pas entraîner en Espagne!", avait tempêté Jemez en conférence de presse. Zidane a par la suite été blanchi en appel, avant de décrocher le précieux diplôme quelques mois plus tard, en mai 2015. Au stade de Vallecas, il tentera de signer un neuvième succès de rang.

Le calendrier du Real Madrid

36e j : se déplace à la Real Sociedad
37e j : reçoit le FC Valence
38e j : se déplace à La Corogne