Alvaro Morata
Alvaro Morata, buteur providentiel du Real Madrid face à Bilbao | CURTO DE LA TORRE / AFP

Espagne : le Real prend seul les commandes de la Liga

Publié le , modifié le

Le Real Madrid a failli manquer l'occasion : un but tardif d'Alvaro Morata a offert à l'équipe de Zinédine Zidane la victoire contre l'Athletic Bilbao (2-1) et la première place du Championnat d'Espagne devant Séville, première équipe cette saison à battre l'ex-leader Atletico (1-0).

Dans cette Liga ultra-serrée, le Real (1er, 21 pts) est le grand gagnant de la 9e journée, même si Cristiano Ronaldo a enchaîné un nouveau match sans but qui suggère une crise de confiance pour le Portugais. Derrière, le Séville FC est deuxième (20 pts), le FC Barcelone troisième (19 pts) et Villarreal (4e, 19 pts), renversant contre Las Palmas (2-1), devance désormais l'Atletico Madrid (5e, 18 pts). C'est dire si tout va très vite dans un haut de tableau où le moindre faux-pas rebat les cartes.

Le Real a d'ailleurs longtemps redouté dimanche soir d'abandonner deux points à Bilbao, dans une soirée humide et crispante au stade Santiago-Bernabeu. Et il a fallu le flair de Morata (83e) pour arracher la victoire d'un but opportuniste, alors que Sabin Merino (27e) avait répondu à l'ouverture du score de Karim Benzema (7e). Mais que d'occasions ratées pour les hommes de Zidane ! Que de tirs vendangés de la part de Ronaldo, plus appliqué à vouloir marquer son petit but qu'à servir un partenaire mieux placé (10e, 45e, 90e+4) !

Ronaldo ​maladroit

Le triple Ballon d'Or portugais a enchaîné les tentatives sans succès (18e, 38e, 43e, 64e, 65e, 70e) et sa maladresse commence à devenir pesante pour le Real, qui aurait dû tuer le match plus vite après l'ouverture du score de Benzema sur une offrande d'Isco (7e). D'autant qu'en défense, le panorama n'est pas beaucoup plus rassurant. Cette saison, l'équipe Merengue a encaissé au moins un but lors de 11 de ses 13 matches officiels, et elle reste sur une série de sept matches consécutifs avec au moins un but pris. Ainsi, c'est une série de bourdes défensives qui a remis Bilbao dans le match : Marcelo s'est laissé déborder sur son flanc gauche, Pepe a dégagé sur un adversaire et Sabin Merino, démarqué au point de penalty, a égalisé entre les jambes du gardien Keylor Navas (27e), pas très serein dimanche soir.

Bref, sans un Raphaël Varane très tranchant, le Real aurait pu perdre le fil, d'autant que sur un ballon mal dégagé par la défense merengue, Iñaki Williams, tout seul face à Navas, a inexplicablement tiré au-dessus (52e). D'ailleurs, Varane s'est lui-même laissé aller à une bourde sur un ballon en retrait pour Navas qu'a chipé Williams avant de perdre son face-à-face avec le gardien (85e). Du travail en perspective pour Zidane, dont les choix, notamment le remplacement d'un Isco très en jambes, ont provoqué l'incompréhension du Bernabeu.

Toujours est-il que le Real a gagné, ce qui n'est pas le cas de l'Atletico, douché à Séville. A l'inverse, Villarreal a montré de belles ressources pour dominer in extremis Las Palmas (2-1) malgré un but mémorable de Kevin-Prince Boateng pour les Canariens. Voilà les cinq équipes au sommet de la Liga massées dans une fourchette de deux petits points. Et ça promet pour la suite !

AFP