Karim Benzema face à Nelson Semedo
Karim Benzema face à Nelson Semedo | AFP

Espagne : Barça-Real, clasico sans superstar mais pas sans enjeu

Publié le , modifié le

Sans Messi ni Ronaldo, une première depuis 2007, le clasico Barcelone-Real Madrid s'annonce paradoxalement très épicé dimanche au Camp Nou (16h15), avec en jeu la tête du Championnat d'Espagne... et la tête de l'entraîneur merengue Julen Lopetegui.

Pendant une décennie, l'affrontement Barça-Real était alléchant pour la confrontation directe entre les deux Ballons d'Or. Mais cette ère-là s'est achevée avec le départ cet été de Cristiano Ronaldo pour la Juventus et la blessure à un bras de Lionel Messi, indisponible jusqu'à mi-novembre. Et la presse espagnole de décrire soudain le 239e clasico de l'histoire comme "décaféiné" dimanche pour la 10e journée de Liga.

Sera-t-il fade pour autant ? Pas si sûr, tant cette rivalité centenaire passionne l'Espagne et la planète foot, avec environ 600 millions de téléspectacteurs attendus dimanche. Et la moyenne de buts du match de clubs le plus suivi au monde promet du grand spectacle : 3,3 buts par rencontre.

"Avant Cristiano et Messi, le Clasico existait déjà, il y avait de grands joueurs, beaucoup de tension... Il y avait même des cochons de lait qui volaient !", a plaisanté samedi l'entraîneur barcelonais Ernesto Valverde, allusion à une tête de porc grillée jetée sur la pelouse en 2002. "Un Barcelone-Real Madrid, en terme d'envergure et d'importance, c'est sans équivalent", a confirmé son homologue Lopetegui.

Pression monstre sur Lopetegui

Ce dernier arrive au Camp Nou cerné par les rumeurs de renvoi et lesté d'une pression monstre. Au point de répondre avec une ironie grinçante samedi aux questions sur son avenir: "S'il y aura encore de la vie (après ce match) ? J'espère continuer à respirer, oui. Je ne pense pas mourir", a-t-il martelé.

Un sursaut est de toute façon indispensable pour son équipe, qui a enchaîné cinq matches sans gagner avant de battre poussivement le modeste Viktoria Plzen (2-1) mardi en Ligue des champions. 

Luis Suarez
Luis Suarez © AFP

Dans le camp barcelonais, on se méfie de la bête blessée. "Nous connaissons le Real, quand il est blessé, il est plus dangereux", a prévenu Valverde. Le Barça, lui, aborde bien au sec ce match qui devrait être disputé sous de fortes pluies automnales : même sans Messi, le club catalan a impressionné mercredi contre l'Inter Milan (2-0) et il occupait avant ce week-end la tête de la Liga (18 pts), avec quatre longueurs d'avance sur le Real (14 pts).

Evidemment, les Barcelonais rêveraient de reléguer à sept longueurs leurs rivaux de toujours. Mais les Madrilènes savent qu'il leur suffit de gagner au Camp Nou pour revenir à un petit point, chasser la crise et préserver Lopetegui, très apprécié du vestiaire.

"Tout le monde est derrière l'entraîneur", a déclaré le milieu allemand Toni Kroos à l'AFP. "Nous voulons garder cet entraîneur, c'est un très bon technicien et j'ai confiance dans le fait qu'il puisse inverser la situation."

Suarez-Benzema, duel attendu

Lopetegui devra choisir en attaque entre Isco, plus créatif, et Marco Asensio, plus apte à exploiter les espaces. Quant à Valverde, il lui faudra faire des choix sur le flanc droit de son onze entre Semedo, Sergi Roberto et Rafinha.

Mais la clé du match concerne sans doute les buteurs: Luis Suarez et Karim Benzema sont très attendus sans Messi ni Ronaldo, premier (26 buts) et deuxième (18 buts) meilleurs buteurs des clasicos.

"C'est un rêve de gosse de marquer dans ce genre de matches. Cela m'a souvent souri", a prévenu Suarez, six fois buteur contre Madrid.

Quant à Benzema, meilleur marqueur du Real cette saison (6 buts) et auteur de neuf buts face au Barça, il s'est fixé pour objectif d'être davantage finisseur après des années au service de Ronaldo. "J'ai changé un peu mon jeu. J'attaque beaucoup les ballons sur les centres, j'essaie de me mettre dans les positions d'un vrai attaquant parce que je sais le faire aussi. On me demande beaucoup de buts et ça me motive", a prévenu le Français, qui devrait pimenter le choc Barça-Real dimanche au Camp Nou.

AFP