Eric Roy : "Laurent Blanc veut retrouver l'adrénaline du banc durant les gros matches"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emmanuel Rupied
Laurent Blanc

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Annoncé parmi les favoris pour figurer sur le banc du FC Barcelone la saison prochaine, Laurent Blanc retrouverait un poste d'entraîneur quatre ans après avoir quitté le PSG. Pour France tv sport, le directeur sportif de Watford Eric Roy revient sur la longue pause de l'ancien défenseur international et évoque ses qualités qui permettraient au club catalan de retrouver son envergure passée.

Laurent Blanc à Barcelone, vous y croyez ?

Eric Roy : "J'ai envie d'y croire parce que je trouve que ça colle très bien à l'ADN du Barça. Il connaît le club, il a la même philosophie. C'est quand même un entraîneur qui a gagné beaucoup de titres en peu de temps. Que ce soit à Bordeaux et à Paris. Son bilan, partout où il est passé, est très positif. Je lui souhaite de réussir".

Quatre ans sans club, c'est une longue attente pour un coach de haut niveau...

Eric Roy : "C'est une anomalie qu'un garçon de cette qualité ne soit plus dans le football depuis autant d'années. Quand tu restes un moment la tête dans le guidon, c'est légitime de vouloir couper. On voit Allegri qui a fait ça cette saison. Mais quand tu coupes, tu ne sais pas comment ça va se passer ensuite. Et au départ, il voulait reprendre avec un top 8 européen. Mais forcément aujourd'hui, comme l'envie est plus forte, il est moins regardant là dessus. Blanc n'en fait pas une affaire d'argent et il ne sera pas dérangé si il a une équipe qui ne gagne pas tout de suite. J'ai échangé avec lui à de maintes reprises. Je sais que ça fait plusieurs mois qu'il est désireux de trouver un banc. Si c'est pas Barcelone, ça sera un autre club. Il lui manque la gestion des rencontres, la compétition. Il veut retrouver l'adrénaline du banc durant les gros matches".

à voir aussi Laurent Blanc proposé au FC Barcelone ? Laurent Blanc proposé au FC Barcelone ?

Sauf surprise, il ne devrait pas être accompagné de Jean-Louis Gasset, mais de Franck Passi. Est-ce un handicap ?

Eric Roy : "On lui a reproché que Gasset faisait tout... Bien sûr que dans le football moderne t'as besoin d'adjoints pour t'aider mais c'est toi qui fait le système, qui gère les égos. J'ai été numéro un. Il faut donc des qualités de management. Il l'a prouvé à Paris déjà. Il a eu des grandes stars comme Ibrahimovic. Tous les grands entraîneurs ont tous des adjoints forts et ils font tous comme Laurent Blanc. J'ai vu Ancelotti, Bielsa, Guardiola et tous avaient ce recul. Il s'est aussi inspiré de Ferguson et son duo avec Carlos Queiroz. Il a d'ailleurs joué sous ses ordres. Et pour avoir un adjoint, il faut une relation de confiance. Franck (Passi) est un intime de Laurent depuis longtemps. Après, professionnellement, Passi a l'avantage d'avoir été numéro un, il s'est formé avec plusieurs entraîneurs de renom et notamment Marcelo Bielsa. Quant à Jean-Louis Gasset, je pense qu'il n'a pas forcément envie de partir à l'étranger et ça sera plutôt la destination de Blanc".

On parle d'une saison seulement, avec un remplacement par Xavi une fois que les élections du nouveau président auront eu lieu, n'est-ce pas un risque ?

Eric Roy : "Si le Barça vient te chercher, tu ne peux pas refuser. Après la façon dont les clubs espagnols fonctionnent c'est très particulier. Je ne sais pas si c'est le plus important. Si tu vas dans un grand club et que tu arrives à faire perdurer sa philosophie comme c'est le cas en Catalogne et que tu obtiens des résultats, c'est le principal. Est-ce un risque ? Je ne sais pas. Mais il est assez grand pour le gérer. Il est évident que Blanc est taillé pour des projets sur le long terme. Sa carrière le prouve. Après, tu n'as jamais d'assurance quand tu vas dans un grand club. Tout est tellement indécis".

Que peut apporter Laurent Blanc en arrivant au Barça ?

Eric Roy : "Un nouvel entraîneur apporte des choses inédites quand il arrive. Zidane quand on en parlait en tant que coach, personne ne s'imaginait qu'il pourrait être sur un banc. Mais moi qui ait passé mes diplômes avec lui, il était fait pour ça. Et c'était un grand joueur. C'est aussi le cas de Laurent Blanc. Il aura cet avantage. Un joueur comme Gérard Piqué respectera bien plus un défenseur comme lui que si ça avait été quelqu'un d'autre".