Ligua Athlético Madrid Griezmann Yoga
La nouvelle célébration de but d'Antoine Griezmann | AFP - Curto de la Torre

Du “je reste” au “je pars”, comment Antoine Griezmann a changé d'avis en onze mois

Publié le , modifié le

Entre le 14 juin 2018 et le 14 mai 2019, Antoine Griezmann a connu des très hauts, comme le titre de Champion du monde, mais aussi des très bas comme la déception du Ballon d'Or et l'élimination précoce en Ligue des Champions. C'est sans doute dans cette saison particulière qu'il faut trouver les raisons de son départ de l'Atlético de Madrid.

Le 14 juin 2018, après plusieurs semaines de doutes, Antoine Griezmann annonçait dans un documentaire qu’il restait à l’Atlético Madrid pour une saison supplémentaire. Exactement onze mois plus tard, son club et lui ont confirmé dans une vidéo qu’il avait décidé de quitter les Colchoneros. La conclusion d’une année mouvementée et charnière dans la carrière du Français.

Comment ne pas repenser à “La Décision” ? En juin 2018, alors que l’équipe de France se préparait à conquérir le titre mondial, Antoine Griezmann avait révélé, à la toute fin de ce documentaire censé montrer ses moments de doute quant à son avenir, qu’il restait fidèle à l’Atlético Madrid. “Mes supporters, mon équipe, MA MAISON !”, concluait-il fièrement. Une joie pour une partie de ses fans, de l’agacement autour de cette communication malheureuse pour d’autres. A peine un mois plus tard, Griezmann devenait champion du monde avec les Bleus et chacun avait oublié cet épisode.

Un déficit d'image pour le Ballon d'or ?

Avant sa reprise, forcément tardive avec son club, l’attaquant français avait vu Thomas Lemar le rejoindre pour 70 millions d’euros. Un effort consenti par ses dirigeants qui avaient conscience qu’il fallait bouger sur le marché des transferts pour conserver Antoine Griezmann, le meilleur joueur de l’effectif. Avec deux nuls et une défaite lors des quatre premières journées et un but et deux passes décisives seulement pour “Grizou”, la saison des Colchoneros ne débutait pas de la meilleure des manières. Rapidement, il apparaissait alors clair que l’Atlético ne pourrait pas lutter pour le titre contre le FC Barcelone.

Une déception pour Griezmann qui allait en connaître une autre, tout aussi importante. Après une année 2018 marquée donc par le titre de Champion du monde avec l’équipe de France mais aussi par une Ligue Europa remportée avec son club, Griezmann espérait, voire s’attendait à être sacré Ballon d’Or. En septembre, le Français avait même déclaré “s’asseoir à la même table que Messi et Ronaldo”. Une déclaration qui avait fait du bruit mais qui n’avait pas suffi à convaincre les votants qui lui avaient préféré Luka Modric pour la distinction individuelle la plus prestigieuse du football.

Antoine Griezmann
Antoine Griezmann © Oscar Barroso / SpainDPPI / DPPI

Antoine Griezmann a alors peut-être fait le constat des limites médiatiques de son club. Dans une époque où le marketing est presque aussi important que les performances dans l’attribution de ces récompenses, évoluer à l’Atlético Madrid, un club à l’image austère comme son entraîneur Diego Simeone, n’est pas forcément la meilleure des choses.

La Ligue des Champions se refuse toujours à lui

Cette déception digérée, Griezmann allait en connaître une autre et non des moindres en Ligue des Champions. Après un succès solide (2-0) sur la Juventus Turin de Cristiano Ronaldo en 8es de finale aller de la Ligue des Champions, son Atlético allait sombrer au match retour (3-0) et se faire éliminer de la C1 avant les quarts pour la deuxième fois en deux saisons. Un camouflet pour les Colchoneros et Griezmann qui a encore en travers de la gorge, la finale perdue face au Real et son penalty manqué en 2014 (4-2). "Nous avons choisi le mauvais jour pour nous chier dessus, avait-il regretté en mars dernier. Tout le monde est coupable. Moi le premier. Je me sens coupable"

Si l’ancien de la Real Sociedad rejoignait effectivement Barcelone, une hypothèse avancée par Marca ce mardi, il montrerait qu’il n’est pas rancunier. En effet, le 7 avril dernier, il était accueilli par des sifflets et des insultes lors du déplacement de son équipe en Catalogne. “Griezmann, connard, va-t'en du Camp Nou”, ont même chanté les supporteurs du Barça. Quelques jours plus tard, il recevait une ovation poignante de la part de ses supporteurs au Wanda Metropolitano.

Des supporteurs qui ont alors mis les rumeurs d’un nouveau feuilleton Griezmann de côté. En revanche les dirigeants ont rapidement demandé à leur joueur de se positionner, ce qu’il a donc fait ce mardi 14 mai. Samedi, Griezmann disputera son dernier match sous les couleurs de l’Atlético Madrid. Ensuite, il devrait prendre la direction de Barcelone pour évoluer aux côtés de Lionel Messi notamment. “Un nouveau défi”, comme il l’a dit lui-même dans sa vidéo d’adieu aux supporteurs de l’Atlético. Une nouvelle page surtout et la fin d’un feuilleton qui connaît son épilogue dès la deuxième saison.