Lionel Messi Coupe du Roi
L'attaquant du FC Barcelone, Lionel Messi | AFP - ALBERT LLOP

Coupe du Roi : Messi et le Barca font la moitié du chemin

Publié le , modifié le

En quarts de finale aller de la Coupe du Roi, le FC Barcelone a longtemps buté sur la défense de l'Atletico Madrid. En toute fin de match, les Catalans, dominateurs dans le jeu, ont trouvé la lumière par l'inévitable Lionel Messi. L'Argentin, suite à un penalty - constestable -, s'y est pris à deux fois pour tromper Jan Oblak. Venue pour défendre, l'équipe de Diego Simeone a parfaitement maîtrisé les attaques catalanes pendant 85 minutes. Les Colchoneros devront montrer autre chose mercredi prochain lors du match retour à Madrid.

En championnat il y a deux semaines, le FC Barcelone avait surclassé l'Atletico (3-1). Les Colchoneros ont bien retenu la leçon et pour ce match aller de quarts de finale de Coupe du Roi, ils avaient décidé de défendre. Et défendre, l'équipe de Diego Simeone sait faire. Même très bien. Organisée autour de sa charnière Joao Mirando et Diego Godin, elle a limité les espaces et bien contenu les offensives catalanes. Pourtant le trio MSN (Messi, Suarez, Neymar) était de sorti. Mais rien n'y a fait. Pendant 85 minutes, les Catalans ont buté sur la défense madrilène avant que Sergio Busquets n'obtienne un penalty litigieux suite à un coup de Juanfran. Lionel Messi s'est chargé de la sentence, mais a d'abord buté sur Oblak avant de voir le ballon revenir vers lui pour le pousser dans le but. Grâce à son Argentin, le Barca peut envisager le retour à Madrid plus sereinement, même si l'Atletico devrait l'aborder avec d'autres intentions.

Avec Griezmann et Torres titulaires au coup d'envoi, Simeone avait pourtant envie d'attaquer. Mais très vite, les Catalans ont pris le contrôle du jeu et la belle frappe de Neymar dès la 4e minute a dévoilé les volontés catalanes. Avec un Messi de feu pendant un quart d'heure, le Barca a étouffé l'Atletico. Mais les Colchoneros savent souffrir. Ils ont attendu derrière que l'orage se calme. Torres, seul devant, a passé une sale soirée. Simeone a abrégé son calvaire à la mi-temps, Griezmann a beaucoup couru, comme tous ses coéquipiers mais jamais ils n'ont inquiété Ter Stegen. Mais de l'autre côté, Jan Oblak a rarement été sollicité. Car les vagues catalanes sont venues s'échouer sur les rochers madrilènes. Rakitic a bien voulu illuminé le Camp Nou d'une superbe remise mais Luis Suarez, pas à son avantage, a manqué l'immanquable (37e). En seconde période, les Catalans ont poussé et à force de réclamer plus de sévérité à l'arbitre pour les charges madrilènes, ils ont fini par trouver la faille. 1-0, le plus petit des scores, mais une récompense pour l'équipe qui a le plus attaqué. A Madrid, ce sera peut-être aux Catalans de défendre, car attaquer, les Matelassiers savent faire aussi.