Ronaldo, Real Madrid, Liga
Le joueur portugais Cristiano Ronaldo | AFP - BURAK AKBULUT

Champion d'Espagne avec le Real Madrid, Cristiano Ronaldo s'agace devant la presse

Publié le , modifié le

Cristiano Ronaldo a profité des festivités du titre de champion d'Espagne du Real Madrid pour envoyer un message à ceux qui ne l'aiment pas.

Cristiano Ronaldo avait des choses à dire après le titre de champion d'Espagne du Real Madrid. Interrogé sur ses gestes durant la rencontre face au Celta Vigo mercredi dernier, CR7 a été cinglant face à la presse. Pourquoi un telle réaction? Tout est parti du comportement du Portugais durant ce match durant lequel il a mimé le geste de tenir une valise, comme pour accuser les joueurs du Celta Vigo d'avoir reçu des "maletines" ("mallettes"), ces dessous-de-table que certains acteurs du football espagnol verseraient aux équipes n'ayant plus rien à jouer en Liga pour entretenir leur motivation face à un adversaire à battre.

Pour résumé simplement, selon Ronaldo, les joueurs de Vigo auraient été "encouragés" pour battre le Real, alors que le sprint final pour la Liga battait son plein. CR7 viserait-il le Barca? Le débat est ouvert...

"Comme si j'étais de la m...."

Alors que le Real venait de s'offrir le 33e titre de champion d'Espagne de son histoire, Ronaldo son 2e depuis son arrivée au Real en 2009, le Portugais a mis entre parenthèses la fête pour faire passer des messages. Notamment pour ses détracteurs. "Les gens parlent de moi comme si j'étais de la m... et cela me dérange. Vous (la presse) dites des choses de 'Cris' qui ne sont pas vraies", s'est emporté l'attaquant du Real en zone mixte. Quand il est énervé, Ronaldo parle donc de lui à la troisième personne.

Lire aussi : Zidane : "le jour le plus heureux de ma vie"

"Cela me met en colère et c'est pour ça que je ne lis pas la presse et que je ne regarde pas la télévision, sinon je n'aurais plus de vie. Je vois tellement de gens qui parlent en mal de moi, que les gens ne savent pas la réalité des choses et ils parlent de moi comme si j'étais un délinquant et je ne faisais pas les choses bien", a-t-il poursuivi. "Je ne suis pas un saint, je l'admets, mais je ne suis pas non plus le démon que beaucoup de gens croient que je suis. Je n'aime pas ce genre de choses parce que j'ai une famille, une mère, un fils et je n'aime pas qu'on dise des bêtises", a-t-il asséné.