Messi (Barcelone) et Coentrao (Real Madrid ) lors du Clasico
Messi (Barcelone) en duel avec Coentrao (Real) lors du Clasico | JAVIER SORIANO / AFP

Ce Barça-Real sent le soufre

Publié le , modifié le

Battus en demi-finale aller de Ligue des Champions cette semaine, Barcelone et le Real Madrid s'affrontent samedi lors de la 35e journée de Liga. Un Clasico explosif, rythmé par une rivalité arrivée à son paroxysme, et qui pourrait permettre aux hommes de Pep Guardiola de revenir à une longueur de leurs rivaux madrilènes dans la course au titre.

Que nous réserve cet énième chapitre de la saga Clasico? Souvent haché, parfois brillant, presque toujours tendu et passionnant, le duel entre le FC Barcelone et le Real Madrid retiendra une nouvelle fois l'attention du monde entier. Terriblement frustré par sa défaite en Ligue des champions face à Chelsea (0-1), le Barça aura à cœur de passer ses nerfs sur son meilleur ennemi. Selon le Mundo Deportivo, le vestiaire Blaugrana a fait un pacte : gagner la totalité des duels, à tout prix.

"Un match à pile ou face"

L'enjeu est immense pour les Catalans, qui accusent quatre points de retard sur le Real à quatre journées de la fin et ne peuvent viser rien d'autre que la victoire. "C'est un match très important pour les deux équipes", reconnait Xavi, le meneur de jeu barcelonais. "Si on l'emporte, nous conserverons une chance de remporter la Liga. Mais en cas de défaite, nous seront condamnés. C'est donc un match à pile ou face." 

Le Real Madrid est également engagé dans une folle semaine. Défaits mardi dernier à Munich en C1 (2-1), les hommes de José Mourinho peuvent tout perdre en quelques jours: leur avance en tête de la Liga et leurs espoirs de triomphe en Ligue des Champions. Mais avec un match nul face à Barcelone, les Madrilènes feraient un grand pas vers le titre et aborderaient leur demi-finale retour de C1 avec sérénité. Pas une mince affaire si l'on se réfère aux statistiques des face à face entre Mourinho et Guardiola. Depuis sa prise de fonction, le technicien Portugais n'a remporté qu'une seule confrontation – après prolongation – pour cinq défaites et quatre nuls."Nous ne changerons rien à notre manière de jouer", assure Aitor Karanka, l'entraineur adjoint du Real Madrid, qui a assuré la conférence de presse en lieu et place de José Mourinho, muet face aux médias espagnols depuis le 31 mars dernier. "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour attaquer et gagner. L'équipe n'est absolument pas fatiguée. Les joueurs sont bien, avec une grande envie de jouer."

Kaka, le retour en grâce?

Cette rencontre pourrait également coïncider avec le retour en grâce de Kaka. Resté sur le banc mardi à Munich, le Brésilien devrait profiter de la méforme d'Angel Di Maria pour se faire une place dans le onze de départ. D'autant plus que le ballon d'Or 2007 semble peu à peu retrouver un niveau de jeu proche de celui qui fut le sien lors de ses plus belles années. Son entente avec Mesut Özil fait d'ailleurs des ravages depuis le début de saison : leur association, testée à treize reprises, a donné lieu à onze victoires et deux nuls.

En toile de fond, le duel entre Cristiano Ronaldo et Lionel Messi pour le titre de Pichichi constitue un enjeu supplémentaire. Les deux meilleurs joueurs du monde ont inscrit chacun 41 buts en Liga. Des statistiques hallucinantes, qui donnent encore plus de relief à une rencontre pas comme les autres.   

Victor Patenôtre

francetv sport @francetvsport