Suarez messi penalty 022016
Suarez profite du pénalty indirect de Messi pour marquer | AFP

Buzz-déjeuner: Messi et Suarez tirent mieux les penaltys indirects que Pires et Henry

Publié le , modifié le

Un pénalty indirect, c'est autorisé au cours d'un match, et Lionel Messi ne s'est pas privé pour le tenter dimanche, face au Celta Vigo (6-1). Le quintuple Ballon d'Or a ainsi offert un but à Luis Suarez, rappelant le pénalty de Johan Cruyff et Jesper Olsen en 1982. D'autres comme Thierry Henry et Robert Pires avaient également tenté ce geste, mais avec beaucoup moins de succès… Voici le buzz-déjeuner de ce lundi 15 février.

Après avoir obtenu un pénalty à la 81e minute, Messi, qui avait l'occasion d'inscrire son 300e but en Liga, a trompé son monde en décalant le ballon sur sa droite. Le malheureux gardien adverse Sergio Alvarez pensait être parti du bon côté, mais il a finalement été piégé par Suarez, qui a accessoirement grillé la politesse à Neymar… Le Brésilien a en effet déclaré un peu plus tard que la passe de Messi lui était initialement réservée. "Le penalty était pour moi. Nous nous étions entraînés mais Luis Suarez était plus proche et ce n'est pas grave, il a marqué et l'action s'est bien déroulée", a relativisé Neymar.

Ce geste rappelle celui plus fourbe encore de Johan Cruyff. L'ancien joueur du Barça avait en effet frappé ainsi un penalty en 1982, alors qu'il portait encore les couleurs de l'Ajax Amsterdam. Face au gardien de l'Helmond Sport, le Néerlandais avait fait la passe à son équipier Jesper Olsen qui lui avait remis le ballon aussitôt pour lui permettre de marquer.

Mais comme le rappelle Luis Enrique, il n'est pas donné à tout le monde d'accomplir ce geste. "Je ne m'y risquerais pas, parce que je marcherais sans doute sur le ballon  et je glisserais. Mais je ne tirais pas les penalties", a indiqué le coach du Barça avec le sourire.
Le sourire, Thierry Henry et Robert Pires l'avaient beaucoup moins en 2005, lorsque leur tentative de pénalty indirect face à Manchester City a viré au ridicule…

Romain Bonte