Benzema, le paria devenu incontournable

Benzema, le paria devenu incontournable

Publié le , modifié le

Longtemps décrié au sein du Real Madrid, Karim Benzema a pris une nouvelle dimension depuis deux ans. A tel point que plus personne ne songe à contester sa place à la pointe des Merengue, quand bien même il n'est toujours pas ce buteur obsessionnel. Mais le Français a su développer d'autres qualités qui le rendent au moins aussi dangereux pour les Barcelonais à l'approche du Clasico.

Certes ce n'est qu'un sondage mais il est pourtant révélateur. Réalisé il y a quelques semaines, c'est à dire à un moment où le Real Madrid connaissait déjà une grave crise de résultats, il portait sur le nom de l'attaquant que Carlo Ancelotti devait sortir pour permettre aux Merengue de retrouver un certain équilibre. Sans surprise, Gareth Bale était le premier cité (46,1%), mais derrière le Gallois les fans du Real auraient préféré voir Cristiano Ronaldo remplaçant (32,2%) plutôt que Karim Benzema (21,7%) ! L'idole portugaise sacrifiée à la place du Français. Qui eut cru cela il y a encore deux ans, quand le Français était sifflé par Santiago Bernabeu à chaque occasion ratée ? 

"Le meilleur attaquant de la Liga"

Pour résumer, tout a été reproché à Benzema. Moins buteur que son concurrent direct Gonzalo Higuain quand l'ex-Lyonnais a débarqué dans la capitale espagnole, repli défensif aléatoire, kilos en trop... Il fallait un mental d'acier pour s'accrocher. Benzema, sous une apparente nonchalance (sur comme en dehors du terrain), l'a fait. Il a su se remettre en question, travailler comme un acharné pour finalement écarter toute concurrence au poste d'avant-centre. Higuain s'est exilé à Naples et Chicharito Hernandez, arrivé cette saison, doit se contenter de miettes. Pour y parvenir, "KB" a eu l'intelligence de développer d'autres facettes de son jeu au lieu de se focaliser sur le "scoring". Créatif quand il évolue dos au but, il se révèle également plus précieux que jamais dans ses appels et ses déviations et ouvre des brèches dans lesquelles s'engouffrent allègrement les deux flèches Bale et Ronaldo. Ce dernier a d'ailleurs adoubé son coéquipier en fin de saison dernière en le désignant comme "le meilleur attaquant de la Liga".

Sous la protection du régent de "la Maison Blanche", le Tricolore peut désormais évoluer en pleine confiance, sans se soucier de ses statistiques. Ces dernières sont d'ailleurs en hausse constante. Avec 13 buts en 25 matchs de championnat et 6 en Ligue des Champions, la copie est sans tâche. Et c'est sans doute cette nouvelle décontraction qui lui permet de tenter des gestes fous comme cette aile de pigeon face à Levante qui, si elle était rentrée dans le but au lieu de finir sur le poteau, aurait postulé au titre de but de l'année. 

C'est cette même force tranquille qui l'autorise aussi à dire, quelques jours avant le déplacement dimanche au Camp Nou que le Real allait "aller à  Barcelone pour gagner". Et de renchérir : "nous sommes en bonne forme pour gagner et faire un grand match comme nous  l'avons fait à l'aller" (3-1 avec un but de Benzema). "Comme je dis souvent, nous sommes le Real, la  meilleure équipe de l'histoire du football". Une confiance inébranlable qui l'a souvent conduit à briller lors des affrontements avec le rival catalan, comme en témoignent ses 7 réalisations. Si ce chiffre ne bouge pas mais que le Real l'emporte à Barcelone, Benzema aura rempli son contrat. Une fois de plus. 

Julien Lamotte