Barça, Atletico et Real, funambules sans filet

Barça, Atletico et Real, funambules sans filet

Publié le , modifié le

Le trio de tête marche sur un fil: le FC Barcelone, l'Atletico et le Real Madrid ne doivent pas trébucher ce samedi pour la 36e journée du Championnat d'Espagne, car tout faux pas s'annonce éliminatoire pour le titre à trois matches du but.

. Le Barça tient la corde

Pendant que ses deux rivaux madrilènes se dépensaient en Ligue des champions, Barcelone a bénéficié d'une semaine de tranquillité, une parenthèse nécessaire pour une équipe qui commençait à tirer la langue avec trois défaites consécutives en Liga début avril. Les Catalans ont certes su réagir avec deux démonstrations contre La Corogne (8-0) puis le Sporting Gijon (6-0) la semaine dernière. Mais un immense défi attend désormais les Barcelonais (1er, 82 pts), toujours leaders en vertu d'une différence de buts particulière favorable par rapport à l'Atletico (2e, 82 pts): s'ils veulent conserver leur titre de champions et viser un doublé lors de la finale de Coupe du Roi le 22 mai contre le Séville FC, les Catalans doivent remporter leurs trois derniers matches, à commencer par un déplacement samedi soir (18h30 GMT) sur la pelouse du Betis Séville.

"Tout est entre nos mains, c'est le plus important. Si nous gagnons ces trois matches, nous serons champions", a résumé le défenseur catalan Gerard Piqué jeudi soir. Au sein de la défense blaugrana, la bonne nouvelle a été le retour à l'entraînement cette semaine de Jérémy Mathieu, opéré d'un genou fin mars. Et en attaque, Luis Suarez semble en veine: l'Uruguayen reste sur huit buts en deux matches et a dépassé Cristiano Ronaldo en tête du classement des buteurs (34 buts contre 31). Dans son sillage, il serait bienvenu pour le Barça que le Brésilien Neymar, en manque de réussite, rebondisse lui aussi.

. L'Atletico, deux cordes à son arc

L'Atletico Madrid joue gagnant sur deux tableaux à la fois: trois jours après sa grande performance collective contre le Bayern Munich (1-0) mercredi en demi-finale aller de Ligue des champions, les "Colchoneros" doivent se remobiliser samedi face au Rayo Vallecano pour continuer à briguer la Liga (16h15 GMT).

Afin d'éviter tout relâchement, le leitmotiv de l'entraîneur Diego Simeone est connu: prendre les choses "match après match". Problème: le technicien argentin a été suspendu pour trois rencontres en Liga après son expulsion contre Malaga (1-0) et il ne pourra pas être sur le bord du terrain au stade Vicente-Calderon pour transmettre sa hargne à ses joueurs. Sans Simeone, l'Atletico va devoir garder toute sa solidarité pour dompter le Rayo (16e, 35 pts), qui lutte pour le maintien. Quant à l'attaquant français Antoine Griezmann, il espère inscrire enfin son 30e but toutes compétitions confondues cette saison, qui se refuse à lui depuis quatre rencontres.

. Le Real a-t-il tiré sur la corde?

Malgré un bon résultat nul mardi contre Manchester City (0-0) en demi-finale aller de C1, le Real Madrid se fait du souci. Cristiano Ronaldo et Karim Benzema, qui ont peut-être voulu reprendre trop rapidement, sont tous les deux blessés à une cuisse et leur état physique inquiète dans la perspective du match retour mercredi au stade Santiago-Bernabeu. La présence des deux attaquants, absents de l'entraînement vendredi, semble peu probable ce week-end et c'est un Real diminué qui aborde le difficile déplacement samedi sur la pelouse de la Real Sociedad (14h00 GMT). 

Certes, les Basques ont d'ores et déjà assuré leur maintien mais l'entraîneur Zinédine Zidane a dit se méfier des joueurs de Saint-Sébastien, tombeurs du Barça début avril (1-0). "C'est un stade difficile, face à une équipe difficile", a reconnu jeudi le technicien français au micro de Real Madrid TV. "D'ici à la fin de la saison, nous n'allons jouer que des finales." A charge pour le Gallois Gareth Bale, l'homme en forme du Real, de continuer à entretenir les chances de titre de la "Maison blanche" (3e, 81 pts).

AFP