Andres Iniesta, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo
Andres Iniesta, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo | LLUIS GENE FRANCK FIFE PATRICK HERTZOG / AFP

Ballon d'Or FIFA 2012: Messi devant Ronaldo et Iniesta

Publié le , modifié le

C'est un secret de Polichinelle: Lionel Messi va soulever ce soir à Zurich son quatrième Ballon d'Or. Ses deux challengers, Cristiano Ronaldo et Andres Iniesta, ne se font pas d'illusion.

Depuis la fusion entre le Ballon d'Or France Football et le trophée du meilleur joueur FIFA de l'année, les votants sont en majorité des représentants du monde du football et plus des journalistes*. Cela a changé la donne vu que de nombreux joueurs et entraîneurs "badent" Messi. A 25 ans, l'Argentin va devenir le premier joueur dans l'histoire à recevoir quatre fois ce prix, et qui plus est quatre fois d'affilée.

Jusqu'ici, avec trois Ballons d'Or, la "pulga" avait inscrit son nom aux côtés des légendes Michel Platini, seul joueur à en avoir gagné trois de suite, et de Johan Cruyff et Marco van Basten, qui en avaient également glané trois, mais pas consécutifs. Il faut néanmoins souligner que des références comme Pelé ou Maradona ne pouvaient postuler à l'époque où le Ballon d'Or était uniquement décerné à un Européen. Même si Messi n'a remporté que la Coupe d'Espagne la saison dernière, ses 91 buts inscrits sur l'année civile font la différence.

Ronaldo a plus gagné mais moins marqué

Cristiano Ronaldo a bien marqué 46 buts dans le championnat espagnol la  saison passée, mais Messi  l'a devancé avec... 50 buts! Le Portugais a également  remporté la Liga avec le Real Madrid et a porté sa sélection en demi-finale de  l'Euro 2012. Il y a quelques années, les journalistes auraient tenu compte de ces faits pour placer Ronaldo devant Messi. Mais les critères ont évolué. D'abord, les votants doivent élire le meilleur joueur du monde. Ensuite ils doivent tenir compte de l'image du joueur, de son attitude sur et en dehors du terrain. Il va de soi que Messi "passe mieux" auprès de beaucoup de gens par rapport à "la diva" lusitanienne qui a heurté pas mal de gens en voulant renégocier son contrat à la hausse avec le Real Madrid à la fin de l'été.

Ronaldo: "La vie ne s'arrête pas"

L'attaquant du Real Madrid a assuré mercredi qu'il rêvait du Ballon d'Or mais que ce n'était "pas grave" si ses concurrents du FC Barcelone Messi ou Iniesta le décrochaient. "J'adorerais le gagner, vraiment. Mais la vie ne s'arrête pas si je ne le  gagne pas. Ce n'est pas grave et ça ne va pas changer ma manière d'être et ma  façon d'avoir envie de gagner", a déclaré Ronaldo lors d'une conférence de  presse. "L'important, c'est l'équipe. Si nous gagnons la Liga et la Supercoupe"  d'Espagne. "Je suis pareil avant ou après le prix", a-t-il assuré.

Iniesta: "Pas besoin d'un prix"

Cristiano Ronaldo, Ballon d'Or 2008, a préféré prendre les devants, tout comme Andres Iniesta, le coéquipier de Messi au FC Barcelone. L'Espagnol a estimé dimanche qu'il n'avait "pas besoin d'être reconnu spécialement par un prix"  pour savoir s'il fait bien ou mal son travail de footballeur. "Il n'y a pas besoin d'un prix pour savoir si tu fais les choses bien ou  mal. Je n'ai pas besoin d'être reconnu spécialement par un prix", a expliqué le  milieu de terrain du Barça, 28 ans, dans les colonnes du  quotidien El Pais.

Déjà victime de Messi en 2010

Concernant le Ballon d'Or 2010, qu'il aurait pu remporter en tant que  buteur décisif lors de la finale du Mondial 2010 contre les Pays-Bas, Iniesta  ne montre pourtant pas le moindre ressentiment. "Je savais que j'avais mes  chances, parce que je faisais partie du trio final avec Messi et Xavi. Mais  finalement, c'est Leo et surtout le FC Barcelone qui ont gagné", dit-il.   Iniesta, élu meilleur joueur de l'Euro 2012, aurait pourtant autant mérité d'être sacré que ses deux illustres comparses.

* Qui vote pour le Ballon d'Or FIFA ? Il y a trois groupes de votants: un panel de 154 journalistes spécialisés couvrant les six confédérations, les sélectionneurs des 208 pays affiliés à la FIFA et les 208 capitaines des équipes nationales adhérant à la FIFA. Le vote des journalistes est donc largement minoritaire par rapport aux deux autres catégories de votants