Les supporteurs de Séville rendent homme à l'ultra de l'Atletico Madrid décédé en marge du match Madrid-Deportivo
Les supporteurs de Séville rendent homme à l'ultra de l'Atletico Madrid décédé en marge du match Madrid-Deportivo | CRISTINA QUICLER / AFP

Affrontement mortel entre "ultras": un quatrième suspect mis en examen

Publié le , modifié le

Un quatrième suspect a été placé mardi en détention provisoire pour "homicide" dans l'enquête sur la mort d'un supporteur de foot lors d'échauffourées entre ultras à Madrid le 30 novembre, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. L'homme arrêté à Valence et dont l'identité et l'âge n'ont pas été révélés, est accusé d'être impliqué dans la mort d'un fan de l'équipe du Deportivo La Corogne juste avant un match contre l'Atletico Madrid au stade Vicente Calderon. L'homme est poursuivi pour homicide et participation aux affrontements, a précisé la source judiciaire. Les trois autres suspects ont été arrêtés lors de différentes opérations de police depuis le début du mois.

La victime, Francisco Jimmy Taboada, 43 ans, appartenant à un groupe  d'ultras de La Corogne, les Riazor Blues, avait été jeté dans la rivière  Manzanares au milieu d'affrontements impliquant quelque 200 supporteurs des  deux camps. Repêché, il a succombé le jour même aux coups qui lui avaient été  portés. Plus de 80 personnes ont été détenues et placées en garde à vue depuis le  début de l'enquête sur ces affrontements qui ont choqué l'Espagne, où les  violences liées au football sont assez rares. La plupart des personnes arrêtées ont été laissées libres sous contrôle  judiciaire. Elles sont poursuivies pour leur participation aux violences et  doivent se présenter deux fois par mois au tribunal. La Fédération de football espagnole (RFEF) , la Ligue (LFP) et le  gouvernement se sont mis d'accord début décembre sur de nouvelles sanctions  contre les clubs n'agissant pas contre les "ultras". Des fermetures partielles de stades, voire des retraits de points ou des  rétrogradations pourront notamment être imposés aux clubs collaborant  directement ou indirectement avec les groupes de supporteurs violents, des  sanctions qui devraient en principe être adoptées avant la fin de l'année.

AFP