Un bilan Blanc comme neige

Publié le , modifié le

"L'équipe de France de football n'a pas les moyens de remporter une grande compétition" reconnaît Laurent Blanc. Les mots du sélectionneur national dévoile un réalisme dur pour calmer les espoirs nées des dernières prestations tricolores. La France n'est pas encore à son meilleur niveau. Six mois après un Mondial raté (1 nul, 2 défaites), il entrouvre la porte aux mutins de Knysna, notamment Patrice Evra et Frank Ribéry.

4 victoires et 2 défaites, une première place dans le groupe qualificatif pour l'Euro, des jeunes joueurs qui s'affirment comme M'vila, une engouement populaire qui revient malgré le psychodrame de l'Afrique du Sud. Laurent Blanc a réussi un tour de force, il est vrai attendu, en l'espace de quelques mois. Pourtant, le sélectionneur national veut tempérer l'enthousiasme et rappeler le chantier en cours. 

"L'exigence, avant une grande compétition, reste toujours la même : on veut gagner", affirme-t-il dans un entretien réalisé au journal l'Equipe vendredi. "Mais", selon lui, "on ne se pose pas la question : avons-nous les moyens de gagner ? La réponse aujourd'hui, c'est non." Interrogé sur la place des Bleus dans la hiérarchie mondiale, Laurent Blanc a estimé que "rester dans les six, sept premiers, c'est très difficile". "Plonger en revanche, c'est facile. Avant que l'on revienne dans ces eaux-là, il faudra du temps", a-t-il confirmé.

Le sélectionneur a confirmé l'ossature de son équipe: Mexès, Gourcuff, Benzema. Du moins l'ossature espérée. Le problème actuel de Blanc est que ses trois cadres ne sont pas dans la forme de leur vie. Si l'attaquant du Real Madrid revient petit à petit sur le devant de la scène, le défenseur central de l'AS Romes et le meneur de Lyon évolue sur une courbe sinusoïdale. Alternant le bon et le quelconque, voire le pire dans le cas de l'ancien défenseur d'Auxerre. Pour Gourcuff, le problème est d'abord mental car il est "affecté", comme le souligne Blanc, par l'épisode la Coupe du monde et les critiques sur sa personnalité et son jeu. Benzema a pour lui "le talent". Un talent qu'il a encore du mal à exploiter.

Concernant la cohésion du groupe et l'éventuel retour des "meneurs" de Knysna (Afrique du Sud), Franck Ribery et Patrice Evra, le sélectionneur de l'équipe de France a expliqué qu'il ne pouvait pas "se permettre d'avoir deux ou trois brebis galeuses". "Je ne mettrai pas en danger la vie du groupe par rapport à un, deux ou trois individus". Toutefois, Laurent Blanc a précisé qu'il pourrait changer d'idée si les "meneurs" de Knysna "démontrent un bon etat d'esprit". "Ce qui m'intéresse, c'est la performance et l'état d'esprit", a-t-il souligné.

Mathieu Baratas