Thiriez pour une refonte à la tête de la FFF

Publié le , modifié le

Frédéric Thiriez souhaite que le président de la Fédération française (FFF) soit élu "par la base", les clubs ou les licenciés. Dans un entretien au Figaro à paraître mardi, le président de la Ligue de football professionnel (LFP) estime que "le mode d'élection actuel du président n'est pas démocratique", et doit sortir de l'organisation fédérale actuelle.

"C'est en réalité de la cooptation au sein de la pyramide des Ligues et des districts. Quand Jean-Pierre Escalettes est élu, on sait parfaitement que son successeur  sera Fernand Duchaussoy. Je milite donc pour une élection directe du président  par la base, soit par les 20.000 clubs français, soit par les 2 millions de  licenciés eux mêmes, avec un âge minimum", déclare Frédéric Thiriez. Le président de la LFP, qui avait plusieurs fois demandé au Conseil fédéral  de démissionner collectivement après la débâcle de l'équipe de France au  Mondial-2010, milite également pour un exécutif de la  Fédération davantage resserré. "On ne peut pas gouverner à 25. Une séparation stricte entre un gouvernement de la Fédération beaucoup plus resserré et un organe collégial plus  représentatif est nécessaire. Je préconise un exécutif fort constitué sous forme  de directoire", a-t-il ajouté.

Quatre membres siégeraient dans ce gouvernement (deux de la FFF, un de la  LFP et le directeur technique national) tandis que le Conseil fédéral  "deviendrait un conseil de surveillance composé pour un tiers de sportifs de  haut niveau, pour un tiers de dirigeants amateurs et pour un tiers de dirigeants  professionnels", a développé M. Thiriez, qui nie toute "volonté de prise de  pouvoir de la Ligue sur la Fédération".
Frédéric Thiriez a par ailleurs déclaré qu'il n'était pas pas candidat" à  l'élection du président de la FFF par intérim le 23 juillet.
Malgré tout, il se prononce pour une nouvelle gouvernance dans laquelle les clubs auraient davantage de représentativité qu'ils n'en ont actuellement.